La plupart des traitements de chimiothérapie agissent en ralentissant ou en désactivant les mécanismes de croissance et de division dans les cellules qui se développent et se divisent rapidement. Comme les cellules cancéreuses, mais aussi les cellules sanguines, qui sont fabriquées dans la moelle osseuse et se développent également relativement rapidement, ainsi la plupart des traitements de chimiothérapie provoquent une diminution plus ou moins importante du nombre de cellules sanguines pouvant aller jusqu’à l’aplasie presque totale.

Ces traitements réduisent davantage le nombre de globules blancs et plaquettes que le nombre de globules rouges  bien que ceux-ci soient également touchés. Heureusement, l’effet de ces traitements sur le nombre de globules blancs est généralement à la fois prévisible et de courte durée. Le nombre de globules blancs tombe généralement en dessous de la normale environ sept à dix jours après un traitement de chimiothérapie et devrait se rétablir environ une semaine plus tard.

Chimio et globules blancs

Les patients courent ainsi un risque accru d’infection lorsque le nombre de globules blancs est bien inférieur à la normale; il leur est donc conseillé de signaler rapidement un état fébrile ou tout autre symptôme laissant présager une infection pendant cette période de vulnérabilité. Parfois, il leur est prescrit des antibiotiques probabilistes, pendant cette période, pour prévenir le développement d’une infection grave. Le traitement habituellement utilisé pour rétablir le nombre de globules blancs et thrombocytes après une chimiothérapie est un médicament injectable qui stimule la moelle osseuse à fabriquer et expulser, aussi rapidement que possible, les leucocytes et plaquettes.

Trois traitement conventionnels globules blancs :

– filgrastim (nom commercial Neupogen )

– filgrastim pégylé (nom commercial Neulasta).),

-lenograstim (nom commercial Granocyte).

Ces médicaments augmentent le nombre de globules blancs parfois de manière considérable (5 à 6 fois le taux normal temporairement) avec parfois un pourcentage important de blastes (cellules jeunes), ce qui peut faire penser à une leucémie, donc ne pas s’affoler de prime abord et attendre la décroissance et stabilisation de la formule sanguine. Cependant, aucun de ces médicaments n’empêche complètement le nombre de globules blancs de chuter temporairement très en dessous de la normale après une chimiothérapie, dans un premier temps. Ces médications sont à base de d’hormones de croissances et peuvent se revéler cancérogéniques à long termes

Leur utilisation n’est pas appropriée pour tous les patients ni pour tous les types de chimiothérapie. Leur utilisations n’empêche pas la perte des plaquettes, cause de la thrombocytopenie.

Comment augmenter naturellement les globules blancs

Certains ARN fragments spécifiques, un traitement naturel et non toxique (sans effets secondaires connus) permet la reconstruction du capital de leucocytes et de plaquettes lors d’une tendance aplasique provoquée par une chimiothérapie

ou une radiothérapie. Ces ARN très courts amorcent les duplications des ADN, en particulier celui des leucocytes et des mégacaryocytes (précurseurs des thrombocytes ou plaquettes). Ce traitement aura un effet antihémorragique et anti infectieux.

Mis au point par Mirko Beljanski le REALBUILD  est composé d’ARN fragments courts, provenant d’une souche de bactérie E. Coli K12 non pathogène, capables d’initier la restauration des productions par la moelle osseuse du patient des leucocytes, et des plaquettes détruits par la chimiothérapie et la radiothérapie, sans agir sur les cellules cancéreuses. Il reconstitue progressivement et spécifiquement chaque lignée, à sa concentration normale initiale, sans excès .Ce produit est efficace si la concentration sanguine en globules rouges début de traitement est suffisante, de l’ordre de 2,7 millions d’hématies par mm3 de sang, autrement une transfusion préalable s’imposerait.

Cette protection est précieuse dans l’accompagnement des traitements lourds de chimiothérapie et radiothérapie, ainsi que pour restaurer l’immunité faiblissante des personnes âgées, de certaines maladies auto-immunes, et d’une manière générale dans les processus d’affaiblissement de l’immunité dus à une baisse des leucocytes.