Témoignage anonyme d’un patient séropositif

En octobre 88, une fatigue plus importante m’amène à consulter un nouveau généraliste et effectue à sa demande une analyse de sang plus profonde qui détecte ma séropositivité au virus HIV.

Deux mois après la première prise du traitement et uniquement celui-ci (pas d’AZT, pas d’ozone, etc…) ma fatigue avait totalement disparue ainsi que les divers maux dont je souffrais et en particulier les infections urinaires à répétition.