Nous remercions chaleureusement M. Emile L. pour avoir pris le temps de rédiger son témoignage. Son partage d’expérience est très important pour tous ceux qui doivent affronter la maladie et ont besoin d’encouragements. Nous sommes heureux de vous savoir sur la voie de la guérison.

Bonjour,

 

Par la présente, je vais vous expliquer le cancer que j’ai (eu) au Pancréas.

Ça a commencé vers les premiers jours de juin 2018 par une très forte douleur en bas du sternum (xiphoid process) cette douleur n’était pas permanente mais fréquente dans la journée et lors des repas.

Je me suis allé consulter mon médecin traitant au bout de 10 jours (10/12 juin 2018), celui-ci n’a pas jugé bon de faire un quelconque examen et m’a juste prescrit un produit pour soit disant alléger ces douleurs (ALGINATE DE SODIUM/BICARBONATE DE SODIUM).

Les douleurs persistantes je suis retourné consulter le 13 juillet 2018, les douleurs s’étaient propagées dans le dos, le médecin m’a prescrit des séances de kinésithérapies !

Les douleurs étant de plus en plus fortes et présentes, je suis retourné pour la 3em fois consulter le 10 aout 2018, j’ai eu le second médecin du cabinet car le miens était en congés, qui m’a demandé de doubler la dose de médicament que je prends régulièrement chaque jour (lanzoprazole, j’ai eu un ulcère à l’estomac il y a 18 ans et depuis on m’a prescrit ce médicament ou similaire) j’ai eu beau insister auprès du médecin et lui expliquer que ce n’était pas du tout des symptômes d’ulcère ou de brulures d’estomac rien y a fait ! 

Doublez votre dose de lanzoprazole !!!

Vers la fin du mois d’aout des transpirations nocturnes sont apparues et de plus en plus fréquente durant le mois de septembre

J’ai décidé de changer de médecin et ai eu un rendez-vous le 24 septembre 2018 qui m’a prescrit une prise de sang …. Le résultat était sans appel, le médecin m’a immédiatement prescrit une échographie

ECHOGRAPHIE ABDOMINO-PELVIENNE

Indication :  Bilan d’épigastralgies chroniques avec amaigrissement récent.

Résultat :

  • Foie de taille normale, de contours réguliers, d’échostructure homogène, au sein duquel on discute l’existence de plusieurs formations nodulaires tissulaires mesurant jusqu’à 13 mm dans le  foie droit au dôme et 12 mm dans le segment VI.
  • Micro-calculs vésiculaires sans signe de complication.
  • Perméabilité du tronc porte et des veines sus-hépatiques.
  • Pas de dilatation des voies biliaires intra ou extra-hépatiques.
  • Pas d’anomalie significative retenue sur les deux reins ou la rate.
  • L’étude du pancréas corporéo-cépha1ique objective une formation hypoéchogène tissulaire de 42 mm X 26 mm localisée en regard du sillon duodéno-pancréatique , dont l’origine pancréatique ou duodénale reste difficile à apprécier.
  • Pas de dilatation de dilatation du canal pancréatique principal en amont.
  • Pas d’adénomégalie du rétro-péritoine médian ni anomalie des gros vaisseaux.
  • Dans le pelvis, vessie en faible réplétion, sans anomalie pariétale ou endo-luminale grossière.
  • Minime hypertrophie prostatique avec un poids totale estimé à 39g.
  • Pas d’épanchement intra-péritonéal.
  • Pas d’épaississement pariétal digestif pathologique retenu lors de l’étude à la sonde haute fréquence.

En conclusion Formation pseudo-nodulaire tissulaire du sillon duodéno-pancréatique dont la nature pancréatique ou duodénale reste difficile à apprécier, associée à de possibles lésions nodulaires tissulaires hépatiques.

A la vue de l’échographie, j’ai la prescription d’un scanner :

SCANNER ABDOMINO-PELVIEN INDICATION

Altération de l’état général, fatigue et douleur. Anomalies biologiques et échographiques notamment au niveau du foie et du pancréas sur un bilan effectué en ville.

RESULTAT :

  • Pas d’anomalie parenchymateuse pulmonaire des bases.
  • Foie micronodulaire diffus d’allure secondaire métastatique.
  • Pas d’anomalie vasculaire. Intégrité de la vésicule biliaire.
  • Pas d’hypertrophie surrénalienne. Intégrité des deux reins.
  • Intégrité de la rate.
  • Il existe un aspect d’infiltration vers la tête pancréatique se poursuivant vers le cadre  duodénal sont de forme d’une plagle hypodense avec rehaussememt hétérogène, étendu sur au moins 4 cm de diamètre.
  • Il n’y a pas de distension d’amont du Wirsung.
  • On retrouve des adénomégalies du hile hépatique et en avant du corps pancréatique.
  • Le cholédoque n’est pas dilaté.
  • L’étude abdominale basse et pelvienne n’a pas permis de retenir d’anomalie. Absence d’épanchement.

CONCLUSION : On confirme l’existence d’une infiltration tissulaire de la tête pancréatique se prolongeant légèrement sur le cadre duodénal d’environ 4 cm, adénomégalie en périphérie, images nOdlJl8.lres parenchymateuses hépatiques multiples évocatrices de localisations secondaire.

Ensuite on m’a fait une biopsie duodénale :

Nature du prélèvement : 

  • Biopsies duodénales (2 fragments). 
  • Renseignements cliniques :  
  • Probable infiltration duodénale par une tumeur céphalique pancréatique.  

Examen microscopique : 

Les biopsies sont colonisées par un adénocarcinome moyennement différencié. La tumeur est faite d’une prolifération de volumineuses cellules oxyphiles dont les noyaux, arrondis, sont globuleux, de grande taille, nucléolés, avec atypies marquées. Les cellules forment des travées et quelques aspect glanduliformes ébauchés dans le chorion sous muqueux.  La tumeur ascensionne ici et là les cryptes duodénales avec sur l’un des fragments, aspect d’embol carcinomateux intra-muqueux. La tumeur exprime fortement la CK7 mais non la CK20. 

Conclusion : INFILTRATION de la muqueuse DUODENALE par un ADENOCARCINOME MOYENNEMENT DIFFERENCIE dont l’origine exacte (digestive haute) ne peut être précisée que sur les données cliniques. 

ECHOENDOSCOPIE BILIO-PANCREATIQUE + PONCTION du 03/10/2018

L. Émile (01/01/1951) 

MÉDECIN PRESCRIPTEUR : 

MÉDECIN TRAITANT :

LE LIEU DE L’EXAMEN : Hôpital Privé de la Loire 

 

INDICATION : Patient présentant une altération de l’état général (amaigrissement de 7 kg) associée à des douleurs épigastriques post prandiales apparues depuis 3 mois. Sur l’imagerie échographique et tomodensitométrique, il existe un aspect de tumeur céphalique pancréatique avec probables localisations secondaires hépatiques.  

 Examen réalisé sous anesthésie générale avec intubation. Introduction facile. Descente de l’œsophage et de l’estomac en latéro-vision.  On se positionne facilement dans le duodénum où l’on retrouve une tumeur infiltrante mesurant plus de 40 mm de diamètre, très mal limitée en périphérie, semblant envahir la veine-porte. Il existe de plus plusieurs adénopathies dont l’une qui mesure au moins 15 mm de diamètre, hypo-échogène et arrondie, très vraisemblablement métastatique.  La lésion primitive semble siéger au niveau du petit pancréas de Winslow. La voie biliaire principale n’est pas dilatée. On réalise une ponction avec une aiguille 22 G (2 passages sur la tumeur et 1 passage sur l’adénopathie supracentimétrique). Il semble que l’on ramène un matériel macroscopiquement satisfaisant. Conclusion : tumeur infiltrante de la région céphalique pancréatique avec adénopathies et envahissement vasculaire. Ponction échoguidée à visée cytologique. 

Examen réalisé sous AG avec intubation. Introduction facile. Descente de l’oesophage et de l’estomac sous contrôle de la vue. Pas de lésion sur l’œsophage et l’estomac.  Passage pylorique : RAS. Bulbe, D1 & D2 : pas de sténose. En revanche, début d’infiltration tumorale du deuxième duodénum sous forme d’une muqueuse dure sous la pince, d’aspect infiltré et ulcéré en surface : biopsies.  

Conclusion : probable infiltration débutante de la paroi duodénale. Biopsies.

Cher Ami, Je te remercie de m’avoir confié Monsieur L. Vous trouverez ci-joint les comptes-rendus de son bilan échographique et endoscopique. J’espère que la ponction sera contributive pour le diagnostic, mais malheureusement la malignité et le caractère péjoratif de la lésion ne font aucun doute (on a de plus la notion d’images secondaires hépatiques secondaires au scanner).  Merci encore pour votre confiance. Très amicalement. 

Consultation avec le chirurgien qui doit me poser la chambre pour les injections de chimio lors de mon hospitalisation: 

Monsieur L., vous devez savoir qu’on ne pourra pas vous guérir de ce cancer, la maladie est trop importante, dans le meilleur des cas nous pourrons stopper l’évolution de la maladie !

Moi : Je vais vivre ?

Le chirurgien : pas de réponse !

PREMIÈRE SÉANCE DE CHIMIO

Je commence ma première séance de chimio le 6 novembre 2018, il est prévu d’en faire jusqu’à la fin 2018 à raison d’une toutes les deux semaines (5 heures de perfusion à l’hôpital puis une poche en perfusion que je garde 48 heures au domicile)

Voici les produits :

 

J DATE                 Produit                                     Dose orescrite 

1 06/11                  ZOPHREN INJ (ondansetron)                 8.0 ma 

1 06/11                  SOLUMEDROU méthvlorednisol           64.0 ma 

1 06/11                  ATROPINE 0.25 MG INJ                   0.25 ma 

1 06/11                  IRINOTECAN HOSPIRA                 315.0 ma 

1 06/11                  OXALIPLATINE Hosoira                 148.75 ma 

1 06/11                  LEVOFOLINATE DE CALCIUM       350.0 ma 

1 06/11                  FLUOROURACILE Accord               700.0 ma 

1 06/11                  FLUOROURACILE Accord               4200.0 ma

Après deux mois de chimio, je fais un scanner.

SCANNER THORACIQUE ABDOMINAL ET PELVIEN

SCANNER THORACIQUE ABDOMINAL ET PELVIEN 

INDICATION : Surveillance d’un cancer du pancréas avec atteinte ganglionnaire hépatique 

TECHNIQUE: Réalisation d’une hélice au temps artériel et portal 

 

RESULTAT: 

[Au niveau thoracique : Respect des axes vasculaires. Présence de quelques ganglions médiastinaux le plus important en latérotrachéal droit mesure 8 mm de petit petit diamètre. Pas de ganglion hilaire suspecte. Pas de lésion pleuroparenchymateuse d’allure évolutive. 

À l’étage abdominal : Le foie apparaît hétérogène multinodulaire. Quand je compare avec le scanner du 1er octobre 2018, j’objective un peu moins de formation nodulaire par contre certains nodules sont plus importants notamment en regard de la vésicule au niveau du segment IV hépatique à 17 mm contre 6 mm, au niveau du segment VI hépatique à 22 mm contre 12 mm et 13 mm contre 9 mm. Présence d’un petit épanchement en périhépatique. Persistance d’une masse infiltrante de la tête du pancréas de 4 cm de diamètre. Au contact je retrouve quelques ganglions me semblant identiques le long du hile hépatique en avant du corps du pancréas. Respect de la vésicule, des surrénales, de la rate et des reins. L’aorte est de calibre normal à parois en partie calcifiée. Pas d’adénopathie profonde identifiée. Petit épanchement intrapéritonéal en quantité modérée prédominant au niveau du cul-de-sac du Douglas. Pas d’image osseuse suspecte. Pas d’image évocatrice de pneumopéritoine. ]

 

CONCLUSION : [Le foie apparaît multinodulaire quand je compare avec le scanner du 1er octobre 2018 j’identifie un peu moins de formation nodulaire par contre certaines sont plus importantes notamment à droite. Apparition d’un épanchement intrapéritonéal. Masse tissulaire de la tête pancréatique identique à l’ancien scanner. Persistance adénopathies profondes d’aspect identique.]

Résultat très décevant !!! Courrier (que je ne devrai pas avoir en ma possession) de l’oncologue de l’hôpital à mon médecin traitant

L. EMIILE, Janvier 2019 du 02/01/2019 

Né le 01/01/1951

Le Mercredi 2 Janvier 2019, 

Cher Monsieur. 

Je revois ce jour Monsieur Emile L. né le 01/01/1951, qui a eu 4 cycles de chimiothérapie par FOLFIRINOX dans le cas d’un cancer du pancréas localement avancé et métastatique au foie. 

La tolérance au traitement a été relativement correcte. Le patient reste cependant asthénique. et a vu apparaître des petites douleurs abdominales et un transit irrégulier. Le poids est à peu près stable à 65 kg. l’examen sans grande particularité. 

Le bilan montre une progression tumorale: la lésion pancréatique a des dimensions à peu près stables. Par contre. au niveau hépatique. les lésions ont augmenté en taille et il est apparu un petit épanchement abdominal. 

On a donc un échec du traitement de première ligne. ce qui est de fort mauvais pronostic. J’ai pris l’avis de mes collègues du centre Léon Bérard, il n’y actuellement aucun essai clinique à lui proposer. Il débutera donc une 2e ligne par Gemcitabine dans quelques jours. On fera 1 injection hebdomadaire trois semaines sur quatre et un premier bilan au bout de trois mois. 

En restant à votre disposition. 

Bien confraternellement 

 

La chimiothérapie qui vous a été administrée ce jour comprenait les médicaments suivants: 

 

J DATE                            Produit                       Dose orescrite 

8 15/01                            ZOPHREN 1NJlondansetron)     8.0 ma 

8 15/01                            SOLUMEDROUméthvlorednisol 40.0 ma 

8 15/01                            GEMCITABINE SDZ         1760.0 ma 

PRISE DES PRODUITS BELJANSKI

Je débute donc cette nouvelle chimiothérapie le 5 janvier 2019 mais étant donné les résultats et suite aux conseils d’un ami qui a eu un cancer il y a env. 10 ans.

Je décide de commander et prendre les produits Beljanski

J’ai essayé de contacter plusieurs médecins dans ma région pour avoir des conseils et savoir quelle prescription de gélules prendre mais IMPOSSIBLE !!! Et j’ai eu droit comme réponse 

« je n’ai pas envie de me faire radier de l’ordre des médecins »

 

J’ai donc téléphoné à Madame Beljanski à New York qui m’a demandé de prendre

 

4 PAO V « FM » matin et soir

4 ROVOL V        matin et soir

5 GINKGO          le midi

3 REAL BUILD par semaine

Je suit ce programme de chimio et Beljanski durant 3 mois, 

Un scanner est prévu le 1er avril 2019

Voici le résultat

SCANNER THORACO-ABDOMINO-PELVIEN

INDICATION : Suivi d’un cancer du pancréas métastatique

TECHNIQUE: Coupes après injection comparées au dernier scanner du 26 décembre 2018.

RESULTAT: A l’étage thoraeique : -Pas d’anomalie médiastino-hilaire. – Pas de lésion pleure parenchymateuse.

 

A l’étage abdomino – pelvien :

  • Nette diminution de taille de la lésion primitive pancréatique qui n’apparait quasiment plus visible avec persistance de ganglions du hile hépatiques un peu moins volumineux.
  • Disparition de l’épanchement libre intrapéritonéal.
  • Les lésions secondaires hépatiques apparaissent moins visibles avec visualisation essentiellement ce jour d’une lésion du dôme de 9 mm du segment VIII, relativement stable et d’une lésion en regard du fond vésiculaire à peine visible ce jour ainsi que d’une souscapsulaire du segment VI mesurant près d’1 cm contre 2 cm précédemment.
  • Intégrité de la rate, des surrénales, des deux reins
  • Intégrité vésiculaire, pas de dilatation des voies biliaires, pas de lithiase visible.
  • Pas de syndrome de masse pelvien.
  • Pas de syndrome occlusif ni remaniement des parois digestives, ni épanchement ou de collection péritonéale, de hernie ou éventration.
  • En fenêtre osseuse, pas de lésion suspecte visible.

CONCLUSION : Réponse partielle selon les critères RECIST avec nette diminution de taille de la lésion primitive pancréatique, diminution en nombre et en taille des lésions hépatiques secondaires.

Dialogue avec le médecin

Le médecin Oncologue qui me suit parait très surpris du résultat et me demande !

 

Médecin : on a maitrisé la maladie !

Médecin : Vous ne prenez pas d’autres médicaments ? 

Moi : non enfin si…. Beljanski vous connaissez

Médecin : non ! Puis après réflexion….. C’est revenu à la mode ce truc la !

Moi : vous pouvez me dire ce que vous en pensez

Médecin : non je ne pense rien puis après réflexion……ça doit vous couter la peau de fesses !

Moi : elle vaut combien la vie !

 

Dialogue terminé.

Les séances de chimio sont prolongées de 3 mois et j’en fais de même pour le traitement BELJANSKI

Un scanner est réalisé le 7 juin 2018 dont voici le résultat

ANGIOSCANNER THORACO-ABDOMINO-PELVIEN 

 

INDICATION : Dyspnée pouvant faire suspecter une embolie pulmonaire chez un patient suivi pour un cancer pancréatique métastatique. Acquisition spiralée après injection au temps artériel niveau thoracique puis étude au temps portal abdominopelvienne. 

 

RESULTAT: A l’étage thoracique : Absence d’anomalie médiastinohilaire. Respect des cavités cardiaques. Pas d’épanchement péricardique ou pleural. L’étude parenchymateuse pulmonaire ne montre pas de remaniement pouvant être évocateur d’une embolie pulmonaire. Pas de remaniement parenchymateux notamment nodulaire. A l’étage abdomino-pelvien : On retrouve un petit remaniement nodule-kystique du corps pancréatique éventuelle réaction kystique à la suite de la lésion initiale de la tête du pancréas ? La lésion de la tête pancréatique n’est plus visualisée. Il n’y a pas d’adénomégalie significative en péripancréatique et dans le hile du foie. Le foie apparaît homogène et les formations nodulaires décrites précédemment ne sont plus visibles. Intégrité de la vésicule. Pas d’anomalie splénique. Pas d’hypertrophie surrénalienne. Intégrité des deux reins. Axes vasculaires respectés légèrement athéromateux. On retrouve quelques ganglions nettement infracentimétriques aorticocaves et mésentériques donc non significatifs. Il n’y a pas d’épaississement digestive visible il n’y a pas d’épanchement. Pas de syndrome de masse pelvien. 

En fenêtre osseuse, pas de lésion visible. Déminéralisation. 

 

CONCLUSION : Bilan scanographique ne montre pas d’embolie pulmonaire ni d’anomalie parenchymateuse. Petite zone kystique pancréatique. Pas d’adénomégalie ou d’infiltration quelconque par ailleurs, aspect normal du foie. 

Je termine ma dernière séance de chimio le 11 juin 2019, pas de joie coté médecin, la seule chose qui me dit :

La chimio a fait son effet, pas un mot sur les produits Beljanski dont il savait bien sûr que je les prenais, pour en finir il m’a dit tout comme m’avait aussi dit le médecin du scanner « on va vous suivre comme le lait sur le feu »

 

……………………………………………………………………………………………………………………….

 

Je ne sais si cette explication pourra aider les malades, je suis d’un tempérament positif, j’ai toujours continué mes activités malgré les coups de fatigues ou il faut bien se calmer, toujours garder un moral d’acier même si ce n’est pas toujours rose, je ne suis pas unique ni plus fort ni moins que les autres, si ça a marché pour moi évidemment que ça doit fonctionner avec d’autres.

                                                                                                   Monsieur L.