Témoignage Cancer du cerveau avec trois tumeurs

Témoignage fait par la fille de la malade le 15/04/1999

 

Je témoigne en tant que fille d’une malade atteinte de trois tumeurs au cerveau et traitée avec les produits Beljanski.

En effet nous avons trois années de recul par rapport à un premier diagnostic posé en mai 1996, qui précisait l’existence d’un lymphome malin non hodgkinien de haut grade de malignité cérébrale, tumeurs inopérables. Les premiers symptômes de la maladie étaient apparus en février 1996, puis a suivi une période trop longue d’examens, qui a débouché sur un traitement de chimiothérapie. Quatre ou cinq cures ont suffi, en synergie avec les molécules Beljanski dès le début. Les cures ont été supportées avec étonnement, à tel point que l’on se demandait si les différents traitements avaient un quelconque effet.

A l’issue de ces cures, nous sommes en septembre 1996, date à laquelle deux tumeurs sur trois ont déjà disparu. Il avait été décidé que des séances de radiothérapie succéderaient au traitement par chimiothérapie, ce qui fût fait en octobre 1996, mais en quantité moindre que celles initialement prévues.

Maman n’avait jusqu’alors perdu aucun kilo et se portait admirablement bien, compte tenu de ce qu’elle avait subi et de la gravité de sa maladie. Malheureusement, le fameux 9 octobre 1996 (voir article paru p.8 et 9 du numéro spécial d’information de Dialogue) a mis un coup d’arrêt à cette forme extraordinaire. En quelques semaines, n’ayant plus de produits Beljanski, Maman a perdu 10 kilos et n’a pu se protéger jusqu’au bout des séances de radiothérapie. Elle n’a repris le traitement du Professeur Beljanski qu’en janvier 1997. Aujourd’hui encore elle continue de le suivre. Depuis novembre 1996, le rapport médical indique donc que Maman est en rémission complète, avec, toutefois, la précision qu’une rechute précoce est à craindre ! L’avant-dernier diagnostic allait même jusqu’à envisager une guérison !!! Celui d’octobre 1998 confirmait la rémission complète, ce qui constituait un excellent facteur pronostique, sans pouvoir encore affirmer la guérison !

Une surveillance bi-annuelle est poursuivie encore pendant deux ans.

A ce jour, Maman va bien. Elle mène une vie à peu près normale si l’on exclue ses problèmes de marche (problèmes dûs, à n’en pas douter, à cet arrêt brutal d’octobre 1996). Elle fêtera cette année ses 72 ans. En tout état de cause, merci Monsieur Beljanski. Mon fils peut encore profiter de ce que peut lui apporter sa grand-mère, quant à moi, je mesure tous les jours, le bonheur d’avoir ma Maman à mes côtés.