Témoignage Carcinome Broncho-alvéolaire

Après avoir consulté le Pr. Brune pour une insuffisance respiratoire le 11 janvier 1991, j'ai été contraient de passer un bilan à l'issue duquel mon épouse a été convoquée et à qui l'on a annoncé que j'étais atteint d'un carcinome broncho-alvéolaire avec un gros oedème réactionnelnon justiciable de la chirurgie, de la chimiothérapie ou de la radiothérapie !

Ma femme a récupéré le dossier et le Pr Brune la fin de mes jours ! lui a alors dit que j'étais "foutu" et qu'il me restait 2 à 3 mois à vivre... Un second pneumologue consulté (Le Dr. Martin, clinique St Jean) lui a dit la même chose,.. avec un peu plus de gentillesse.

A ce moment, j'ai pu avoir gracieusement les produits Beljanski et j'ai commencé la cure fin février et, depuis je respire beaucoup mieux, j'ai repris 3 kg et mes forces et mon appétit sont revenus. Mon médecin traitant, le Dr A.C. ainsi que le Dr A.G. m'ont suivi durant cette période et peuvent confirmer une évolution dont ils sont très étonnés.

je souhaite continuer votre traitement jusqu'à la fin de mes jours !


Témoignage Cancer des poumons degré élevé

Monsieur le président,

Pratiquement toujours en bonne santé, le 16 août 1988 je rentre toutefois d'urgence à l'hôpital et malheureusement j'ai dû reconnaitre après de nombreux examens divers que : "Le cancer ça n'arrive pas qu'aux autres !"

Quel choc, le diagnostic des spécialistes était formel et très sombre : "Cancer des poumons", à un degré déjà si sévère que mon état avait été jugé désespéré. Les docteurs unanimes estimaient qu'il ne me restait que dix à quinze jours, trois semaine au plus à vivre. Mon épouse effondrée avait été informée de ce terrible pronostic afin qu'elle puisse prendre certaines dispositions d'ordre familial.

On commença des séances de chimiothérapies. Ayant eu des informations sur le C.O.B.R.A., j'ai demandé aussitôt de l'aide afin de pouvoir exceptionnellement bénéficier des nouveaux médicaments déjà mis au point par le professeur Beljanski, mais qui ne sont toujours pas commercialisés malgré leur efficacité surprenante. Je savais que ces médicaments biologiques étaient non toxiques, très confortables comme thérapie car se prenant par voie orale et qu'ils pouvaient m'être très utiles avec la chimiothérapie ou la radiothérapie, car seules mes cellules cancéreuses allaient être détruites par les violents poisons qu'on allait m'injecter. S'il y avait une chance sur mille de m'en sortir, la clé s'appelait bien C.O.B.R.A. !

Très vite, j'ai pu apprécier le dynamisme de l'Association. J'ai pu bénéficier très rapidement des produits du Professeur Beljanski. Alors, l'incroyable se réalisa, jour après jour ! J'ai ainsi évité l'opération initialement prévue et j'ai pu traverser six séances de chimiothérapie lourde ainsi que vingt et une séances de rayons (au lieu de trente-cinq) avec un confort tout à fait extraordinaire ! Cela a fait parler beaucoup de monde et on a pu entendre les réflexions suivantes : "Mais il n'a jamais eu le cancer, les médecins se sont trompés !".

Le médecin traitant, le Docteur S. T. : "Vous êtes bien costaud Monsieur Rousseau pour résister si bien à de telles séances de chimio ! Vous êtes un cas anecdotique " Si j'étais décédé ainsi que prévu, il n'y aurait rien d'anecdotique mais tout serait normal et on parlerait "d'impuissance actuelle de la médecine devant ce fléau".

Le diagnostic date d'il y a sept mois et je suis toujours là, plus en vie que jamais pour me battre dans les rangs du C.O.B.R.A. ! Selon mes modestes connaissances scientifiques, la seule personne au monde actuellement capable de réaliser une telle guérison est le Professeur Beljanski. A ce chercheur français, je suis si reconnaissant qu'il n'existe pas de mots assez forts pour exprimer toute ma gratitude. "Comment voulez-vous remercier quelqu'un qui vous sauve la vie ?"

je reste humble mais persévérant et déterminé. Avec le C.O.B.R.A. je vais pouvoir aider ce Professeur au maximum de mes possibilités physiques et intellectuelles. Je vais l'aider financièrement car il manque cruellement de moyens et c'est un scandale ! Je vais l'aider en trouvant de nombreux adhérents pour le soutenir. Je vais l'aider en faisant mieux connaître l'importance de ses travaux et es résultats concrets qu'il est déjà capable d'obtenir dans l'intérêt des malades.

Monsieur le Président du C.O.B.R.A., je vous autorise à utiliser selon votre convenance les deux photos de mes radios des poumons prises en milieu hospitalier et que je vous ai transmises, ainsi que ce témoignage d'un survivant qui se porte bien. Ces photos dispenseront d'explications scientifiques longues et

fastidieuses. Je conserve personnellement et précieusement toutes mes analyses, radiographies et autres résultats d'examens qui ont justifié le si grave diagnostic.


Témoignage Important cancer du médiastin

Important cancer du médiastin avec atteinte du poumon droit et métastases au cerveau et au mollet

Témoignage en juin 2004

C’est à la suite d’une banale pneumopathie que l’on décèlera, le 10 avril 1996, à l’occasion d’une radiographie de contrôle de mes poumons, quelque chose de suspect. Cette inquiétude ordonnera la prescription d’un scanner qui confirmera, le 2 mai, la présence entre les 2 poumons, dans la zone que l’on appelle le médiastin, d’une tumeur cancéreuse importante mesurant 9 cm sur 6 cm et qui affectait déjà le poumon droit. Pour préciser le diagnostic, j’ai dû subir de multiples examens complémentaires dont 2 fibroscopies difficiles car les saignements étaient importants, 1 scintigraphie, 1 biopsie, 2 ponctions transpariétales sous scanner qui avaient pour objectif de réussir à prélever des cellules préservées de sang, permettant une étude approfondie de ce type de cancer atypique, 1 IRM et pour finir tous ces examens une thoracoscopie réalisée le 1er juillet.

C’est à la suite de tout cela que les spécialistes préconisèrent, échelonnées sur 4 mois, de nombreuses cures de chimiothérapies lourdes. Deux scanners de contrôle réalisés pendant l’exécution de ces protocoles de chimiothérapie montrèrent l’absence de résultat, et devant cet échec, on décida après concertation d’autres avis éclairés, de débuter des séances de radio- thérapies par flashs de 30 à 40 secondes sur la tumeur, au lieu des traditionnelles séances plus longues et espacées qui laissent subsister des fibroses radiques (brûlures) invalidantes. Tout seul au volant de ma voiture personnelle, je me suis rendu pendant 35 jours consécutifs pour pratiquer cette méthode originale qui nous avait été conseillée et qui aboutira à la fin du traitement le 11.12.1996 à un résultat stupéfiant : la tumeur est nécrosée (toutes les cellules sont mortes). Certes, suite à la privation des radioprotecteurs Beljanski, résultat de la répression scandaleuse et de la confiscation générale par les gendarmes le 9.10.1996, j’ai connu un effet secondaire qui a diminué d’un tiers ma capacité pulmonaire, à savoir une paralysie du nerf phrénique qui a provoqué une remontée du foie dans l’espace réservé au poumon. Mais ceci reste une séquelle mineure lorsque l’on sait qu’un pneumologue avait annoncé à mes proches que Noël 1996 serait sans doute le dernier que je passerais en famille. J’ai eu de nombreux bilans de surveillance (scanner - échographie abdominale...) et de tous les compte-rendu il ressort que la tumeur est nécrosée et stabilisée. Je suis considéré en rémission complète au plus grand étonnement des spécialistes qui restent effarés.
Si j’ai pu vivre ce cancer grave et difficile sans souffrance et même avec une aisance déconcertante par rapport au vécu d’autres malades moins chanceux que moi, c’est parce que dès le départ j’ai pu bénéficier des produits Beljanski par l’intermédiaire d’un médecin extrêmement compétent le regretté Docteur Christian MAR- COWITH. C’est grâce à ces chimioprotecteurs et à ces radioprotecteurs puissants et naturels (PAO V - GINGKO V - Real Build) que j’ai pu supporter, sans en connaître les effets secondaires habituels connus, toutes ces chimios et ces séances de rayons. En particulier il n’a jamais été nécessaire d’interrompre mes chimios par manque de globules blancs ce qui sur- prenait les chimiothérapeutes qui me suivaient. Devant ces résultats surprenants, par honnêteté et dans l’intérêt des progrès de la médecine, mon épouse a insisté pour que soit mentionnée dans mon dossier médical la prise de ces pro- duits. Actuellement je poursuis un traitement d’entretien de 4 gélules de PAO V « FM » par jour, produits Beljanski que je commande à « Natural Source » aux USA.

En pleine forme, j’ai participé avec des membres de ma famille à la manifestation de soutien qui a été organisée le 11 janvier 1997 dans les rues de Lyon par le Collectif Cancer Sida.

À 82 ans, je peux profiter de ma retraite et j’apprécie d'être en très bonne santé. Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à ce bonheur. Nous sommes contents avec mon épouse de pouvoir aider le CIRIS en témoignant à visage découvert dans la revue « Dialogue ». Nous estimons que c’est bien là le minimum de notre participation à la reconnaissance des concepts novateurs élaborés par ce grand savant français qu’est Mirko BELJANSKI.

P.S. : Les scanners de surveillance ont détecté en l'an 2000 une tumeur au cerveau qui a pu être opérée. En février 2001 une autre tumeur cancéreuse d'environ 12 cm placée dans le mol- let a du être également opérée. À l'analyse histologique des 3 tumeurs développées par René il est apparu qu'il s'agissait de cellules cancéreuses thyroïdiennes (?) qui avaient métastasées. René est actuellement traité par l'iode radioactif toujours en synergie d'action avec les produits Beljanski qui le protègent. Les hospitaliers qui le suivent restent ébahis par la résistance et la forme de René après ce parcours atypique ayant pour origine la thyroïde qu'on lui a enlevé.


Témoignage Cancer des deux poumons

J’ai 72 ans. Fin décembre 2012, j’ai une toux qui malgré les antibiotiques, à plusieurs reprises, ne guérit pas.

Après avoir eu une biopsie au niveau des poumons, le verdict tombe : cancer avec nodules de plusieurs grosseurs sur les deux poumons, donc inopérable.

J’ai eu plusieurs séances de chimio et trois protocoles en milieu hospitalier qui ont atteint leurs limites.

Début avril 2013, je prends connaissance de l’association CIRIS et des travaux du Professeur BELJANSKI par l’intermédiaire d’une amie qui habite Angoulême.

Fin avril 2013, je commence à prendre les produits « Beljanski » PAO V FM, GINKGO,ROVOLV et REAL BUILDet cela en synergie avec la chimio.

En juillet 2014 je n’ai plus de séance de chimio, mais chimio par voie orale.

Depuis avril 2016, j’ai réduit la posologie des gélules en accord avec le Médecin et je continue tous les jours.

Le dernier contrôle médical (scanner) a eu lieu en juin 2017 et celui- ci est très satisfaisant, mais pas encore en « rémission ».

Etant donné les résultats des ana- lyses médicales, je ne peux qu’encourager les malades à prendre les produits « Beljanski » pour leur efficacité.


Témoignage patiente atteinte d'un cancer du poumon

Monsieur,

Vous vous en souvenez sans doute : suite au courrier que je vous avais adressé le 24 novembre dernier au sujet de ma sœur atteinte d'un cancer du poumon, vous avez eu l'extrême obligeance de me téléphoner dès le mardi suivant pour me répondre et me conseiller.

Ma sœur a finalement cédé à mon insistance et accepté, non sans réticence, et après que son médecin traitant consulté par elle lui ait certifié que ces produits ne lui feraient "ni plus ni moins de bien que du sérum physiologique" de faire un essai d'une semaine.

Je lui avais commandé et fait livrer chez elle deux flacons de gélules de PAO V FM soit un mois de traitement. Elle a commencé à prendre ce produit le 17 décembre et, à ce jour, son état général s'est amélioré au point qu'elle convient elle-même que, par rapport à ce qui était précédemment "c'est le jour et la nuit".

Pour être précis, la sensation de satiété qu'elle éprouvait et qui lui rendait toute alimentation difficile a totalement disparue. Elle a retrouvé un excellent appétit et repris deux kilos. Les difficultés qu'elle éprouvait pour absorber du liquide ont disparu elles aussi. La sensation presque permanente d'épuisement qui lui était si pénible s'est évanouie. Elle a repris ses activités et, elle est elle-même surprise de l'endurance dont son organisme fait preuve. Son taux de globules blancs, qui était à la borne inférieure de la fourchette de la normalité a un peu augmenté. Ses plaquettes, elles, demeurant toujours normales.

Je ne peux encore vous dire si ce traitement a déjà eu une influence sur la tumeur elle-même car il ne sera fait un bilan que d'ici un mois. En attendant, elle poursuit le traitement de chimiothérapie à raison d'une séance tous les quinze jours tout en prenant le PAO V dont le lui ai fait livrer deux autres flacons.

Je vous remercie encore du fond du cœur de vos conseils et de votre gentillesse et je ne manquerai pas de vous tenir informé de la santé de ma sœur.

Croyez, Monsieur, à toute ma gratitude et à mes sentiments les meilleurs.