Roland-L 15 ans de rémission du cancer de la prostateJ’ai 82 ans, 1,70 m, 82 kg. Toute ma vie j’ai pratiqué du sport. Je bois modérément de l’alcool, je ne fume pas. Tous les ans, je me fais faire un bilan de santé. Le 30 janvier 2003 un examen biologique m’informe d’un taux de PSA 4,32 (moyenne 4), PSA libre 10 (moyenne 25).

Inquiétude de mon Docteur qui m’ordonne une échographie urinaire que je passe le 27.02.2003 : «Hétérogénéité sur partie antérieure de la prostate». L’enchaîne- ment, très long, se fait le 8 mars 2003. Je prends contact avec un urologue pour la pratique d’une biopsie qui se fera le 19 mars 2003. Le méchant résultat tombe : adénocarcinome de la prostate de grade VII de Glaeson (4×3) sur 3 carottes droites.

J’apprends donc que j’ai un cancer et suis moralement effondré. Je vis seul et mes nuits sont en pointillés.

A chaque réveil nocturne, je pense que je suis atteint d’un cancer. Je n’ai rien vu arriver, aucun symptôme. Alors suivent dans le temps : scintigraphie, scanner, IRM, m’indiquant que je ne suis pas métastasé. Il me faut rebondir.

Nous en parlons longuement avec mon Médecin, ma famille, mes proches amis, mes jeunes voisins enseignants.

Ces derniers, copains avec la fille de Gérard WEIDLICH et sa femme Pilou, que je ne connaissais pas, me prêtent le livre intitulé « En- quête sur un survivant illégal » et une semaine après me mettent en relation avec Gérard.

Avec son optimisme, sa conviction naturelle, il me parle du chercheur trouveur Mirko BELJANSKI de ses longues et fructueuses recherches… Très interpellé, je reste quand même pessimiste, ne croyant qu’à ce que je vois et à ce que je palpe.

Gérard me procure « Cancer, l’Approche Beljanski » de Mirko BELJANSKI et « Dialogue » revue qui répond à la 1ère question que l’on se pose : « Pourquoi si ces produits ont une telle efficacité, ne les trouve-t-on pas sur le marché pharmaceutique ?» Et me voici lancé à lire le parcours stupéfiant de Mirko BELJANSKI, les témoignages les documents relatifs au cancer prostatique… Parallèlement, je me procure par internet toute la documentation, sur ce qu’est cette maladie, les façons de la traiter les lieux, les noms des professeurs… la confiance et l’optimisme réapparaissent.

Je décide de prendre les produits « Beljanski » PAO V FM et ROVOL V

Pendant ce temps, l’Urologue me convoque, 1 mois après la visite, il m’informe brièvement qu’il y a plusieurs solutions d’intervention, mais, dans mon cas l’ablation de la prostate serait la meilleure solution.

Je le questionne sur les inconvénients : « plus d’érection, risque d’Incontinence… ».Bien informé par mes lectures qu’il existait d’autres solutions moins traumatisantes, je refuse le rendez- vous d’hospitalisation, lui parle de Mirko BELJANSKI (petit sourire sans réponse), lui dis que je souhaite réfléchir…

Je lis, je discute, j’apprends, et mes connaissances progressent. La radiothérapie en synergie avec les radio-protecteurs «Beljanski» Ginkgo V et REAL BUILD attirent mon attention.

Mon Médecin traitant que je remercie pour sa confiance, ainsi qu’une amie Docteur en pharmacie, tout en étant des professionnels de la santé ne me découragent pas de poursuivre le traitement.

Bien s’en est fallu, puisque 5 mois après n’ayant toujours pas eu recours à la médecine traditionnelle, mes PSA chutent à 2,71 et les libres augmentent à 16 plus diminution diffuse de la couronne prostatique (IRM).

Devant ces résultats encourageants, mon Médecin m’a demandési j’étais allé à Lourdes…« C’est un miracle ! » me dit-il.

Dans mon cas, adénocarcinome précoce localisé non métastasé et d’un score de Gleason de 4×3 ce qui est limite, je suis attiré par la Curiethérapie. Avec l’avis de mon Médecin, je décide d’aller voir un

professeur à Poitiers. Le contact sera plutôt froid. Je l’informe de mon souhait et lui parle du traite- ment Beljanski.

Ce « Spécialiste » manque de discussion, d’humanisme, et me dit devant mon insistance : «Je passe votre dossier en commission de Curiethérapie ». Réponse un mois plus tard : « refus de la commission, et à propos de BELJANSKI, ses travaux sont en cours d’évaluation( ?). Je vous propose l’ablation des ganglions prostatiques, l’urologue que vous avez rencontré est mon ancien élève et sera très compétent pour cette intervention. »

Nouvelle déception, je ne com- prends pas cet acharnement pour l’ablation, ou peut-être trop bien… Je sais qu’enlever les ganglions, suit la prostatectomie ; je sais aussi que la Curiethérapie est à la charge des hôpitaux.

Je suis décontenancé, mais ça ne dure pas, l’ardeur de m’en sortir autrement active mon combat.

Mon Médecin traitant me comprend et m’encourage. Etant cancéreux je

souhaite être traité par des spécialistes en Oncologie.Je prends rendez-vous à Bergonié à Bordeaux avec une urologue Oncologue. Enfin je suis très bien reçu et mon interlocuteur est à l’écoute. Il possède beaucoup de compréhension, d’humanisme.

Je lui explique ce que je souhaite en synergie avec les produits «Beljanski». Cette Doctoresse, très attentive, m’ordonne des examens pour avoir plus de précisions. Je repars très satisfait de cet entretien, et avec beaucoup d’espoir.

Je suis convoqué un mois plus tard avec des résultats probants, donc sûr d’une réponse favorable.

Encore déçu, cette Doctoresse pour laquelle j’ai beaucoup de respect m’indique que le score de Gleason l’inquiète, qu’elle ne veut pas prendre le risque d’une Curie- thérapie, craignant une récidive. Elle me conseille la radiothérapie.

Je suis évidemment déçu mais

je me rappelle que la radiothérapie avec le traitement de Mirko BELJANSKI donne d’excellents résultats.

J’hésite entre les deux méthodes : Curie ou radio… L’une externe, l’autre interne. J’avantage la Curie- thérapie et me décide à prendre rendez-vous avec un Professeur à l’hôpital Curie à Paris.

Encore un mois qui passe mais compte tenu de l’efficacité de mon traitement, je ne suis pas inquiet et cela me permet d’envisager sereinement, ce que je pense être la meilleure solution.

A l’hôpital Curie, très bien reçu, un Professeur sympa, très humain. Après avoir bien discuté, examiné tous mes dossiers, mon parcours, il me propose enfin la Curiethérapie, mais avant, une cure de 4 mois d’hormonothérapie avec les risques que cela comporte : (incompatible avec le traitement « Beljanski », je ne lui en parle pas).

Je lui dis que je n’adhère pas à cette thérapie et s’il le comprend très bien il m’indique que la radio- thérapie serait une solution efficace pour mon cas.

Je me remets aux écrits du Docteur B. AZI-ZIEH relevé dans une ancienne revue « Dialogue » lequel confirme qu’avec les radio-protecteurs GINKGO V et REAL BUILD, il ne craint pas les conséquences de la radiothérapie (séquelles radiques, cystites, rectites… et que la puissance sexuelle reste générale- ment intacte).

Ma décision définitive est prise, j’opte pour la radiothérapie conformationnelle 3D qui présente de nombreux avantages. Je rencontre à Niort un Docteur Oncologue issu de Bergonié. Je ne lui parle pas de Mirko BELJANSKI, mais il semblait être au courant ayant pris contact avec les professeurs que j’avais rencontrés. Ainsi, après 40 séances de radiothérapie conformationnelle uniquement en synergie avec les produits « Beljanski »

j’assure aujourd’hui ne pas avoir été victime des séquelles radiques et ma puissance sexuelle est restée intacte.

Au cours des séances radio, j’ai connu quelques irritations qui se sont estompées 15 jours à 3 semaines après l’irradiation. Diagnostique : « Examen clinique tout à fait rassurant, bilan biologique PSA abaissés à 1,82, doivent se réduire encore. Bon résultat cli- nique de l’irradiation et amélioration biologique. »

Aujourd’hui, je me sens sorti d’un cauchemar, je continue ma vie sportive et toutes mes activités. Dans cette odyssée qui a duré 14 mois dont 11 uniquement de pro- duits du Pr. Mirko BELJANSKI,

j’ai eu 4 chances essentielles :

1. D’avoir détecté prématurément cette tumeur précoce et localisée, 2. D’avoir tout de suite connu Gérard WEIDLICH et à travers lui Mirko BELJANSKI, son travail, ses produits…

3. D’avoir énormément lu afin de faire une synthèse avant de prendre une décision définitive,
4. D’avoir été bien suivi par mon Docteur, soutenu par ma famille et mes proches amis.

Cette expérience, même si je ne suis pas un scientifique, me permet de solliciter votre attention.

Il est important :

– D’apprendre à bien connaître sa maladie par les lectures traditionnelles, celles de Mirko BELJANSKI. · De poser beaucoup de questions à tous vos interlocuteurs.

– De surtout bien étudier les travaux du chercheur trouveur Mirko BELJANSKI, prendre ses produits qui vous apporteront de suite un confort moral avant de constater l’efficacité physique et biologique incontestable.

Je me dois aujourd’hui de rendre un hommage particulier et sincère à ce grand savant ainsi qu’à sa femme Monique et sa fille Sylvie, qui avec un courage exceptionnel continuent ce difficile combat pour notre bien.

Je n’aurais pas connus et étudié le travail de ce scientifique en biologie à temps, je serais actuellement opéré de la prostate, je n’aurais plus d’érections naturelles, serais peut être incontinent ou aurais des fuites donc je serais traumatisé. Sans les produits, en irradiation, j’aurais été sûrement touché par les effets secondaires, alors que je suis parfaitement comme avant ma maladie. Si j’ai été un peu long, c’est pour mieux vous aider.

Aujourd’hui, cela fait 14 ans que je suis en rémission totale.

Les PSA ont augmenté et varient entre 2,70 et 3. Chaque fois qu’il y a progression, je prends 8 PAO V FM pendant 1 semaine et 8 RO- VOL V la semaine suivante et ils baissent d’un point. Toujours en bonne forme.

En conclusion, Merci Mirko et sa famille, merci Gérard et Pilou qui m’ont mis sur le rail… vous avez guidé mon combat et je me sens heureux d’avoir été capable de me prendre en mains, d’avoir réussi cet infernal parcours…

[dt_default_button link="url:%2Ftraitement-cancer%2F|title:Traitement%20cancer||" size="big" btn_width="btn_full_width"]En savoir plus sur l'approche Beljanski[/dt_default_button]