Témoignage adénocarcinome prostatique grade 3

Toute ma vie, j'ai été un grand sportif et j'ai travaillé sans problème de santé majeur jusqu'à 65ans. J'ai commencé à profiter de ma retraite, jusqu'au jour où de sérieux problèmes de miction ont éveillé mon attention.

Après avoir consulté mon médecin traitant qui constata que j'avais une grosse prostate, la biopsie prostatique effectuée à Royan le 15 juin 1989 ne laissait plus subsister de doute dans sa conclusion : "adénocarcinome prostatique moyennement différencié (grade III)".

Dans mon entourage, j'avais des amis qui étaient morts du cancer des os suite à des métastases dues à l'ablation de la prostate. J'en connaissais d'autres atteints d'incontinences et d'autres encore, devenus impuissants, toujours à la suite de traitements hormonaux ou d'opérations. Directement concerné, je ne pouvais plus penser : "Le cancer, ça n'arrive qu'aux autres". Mon bien le plus précieux, ma santé, était sérieusement touché. Les statistiques ne me donnaient pas beaucoup de chances de pouvoir m'en sortir indemne. Dans un premier temps, j'ai dû résister seul contre toute la pression des médecins de mon entourage qui voulaient à tout prix que je me fasse opérer.

Mon taux de PSA (antigène de la prostate) est monté à 107, et il fallait bien que j'accepte un traitement. A Villejuif, on m'a prescrit Décapeptyl qui me provoqua de nombreux effets secondaires (tension, bouffées de chaleur,...). Je ne prix ce traitement que très peu de temps et j’ai préféré me faire prescrire par un autre médecin des produits non toxiques, sans effets secondaires (BG8, PB100, Bioparylm ARN) mis au point par M. Beljanski. Abonné à Médecines Nouvelles, j'avais lu de nombreux articles sur ce chercheur.

C'est ainsi que mon taux de PSA est progressivement redevenu normal (0,4), puis il a de nouveau un peu remonté. On m'a alors proposé de subir 40 séances de radiothérapie. Réalisés en synergie avec les produits Beljanski, je témoigne que je n'ai pas été brûlé par les rayons (aux intestins, à la vessie, peau normale, pas de diarrhée ni de cystite), ce qui est plutôt appréciable.

Au lieu des traitements très toxiques que les spécialistes m'ont toujours proposé pour traiter mon cancer de la prostate, j'ai préféré poursuivre un chemin sur des thérapeutiques naturelles non agressives, et je pense avoir eu raison.

Je suis à ce jour en très bonne forme. Je bricole, je jardine, j'aime danser... Je vis ! Les dernières analyses, qui datent de janvier 1996 concluent "Hypertrophie prostatique sans anomalie suspecte de l'échostructure", et je suis satisfait que mon taux de PSA ne soit que de 31 - ce qui est loin des taux de plus de 300 que M. Mitterrand aurait eu, selon un article de presse que j'ai conservé (Minute, 26 janvier 1995)


Témoignage troubles de la miction

Troubles de la miction : Fatigue de la prostate ?

Mon compagnon s’est plaint il y a deux ans de sensations désagréables et handicapantes : il se levait fréquemment la nuit pour aller aux toilettes, et il avait dans la journée des envies fréquentes et irrésistibles d’uriner, sans pouvoir se retenir.

On en a parlé ensemble et connaissant bien les extraits Beljanski, et les essais cliniques aux USA sur des hommes avec un PSA élevé mais sans cancer de la prostate déclaré, je lui ai conseillé les extraits Beljanski.

Il a pris alors du PAO V FM (1 gélule par 10 kg de poids et par jour) et du ROVOL V (6 gélules par our) en 2 prises, matin et soir. Les symptômes se sont vite estompés et au bout de 15 jours, il n’avait plus aucun désagrément. Il a poursuivi le traitement 1 mois. Ce n’était pas suffisant à mon goût, mais bon, difficile de soigner un homme, qui va bien à fortiori...

L’année suivante, les désagréments sont réapparus. Il a alors repris le même traitement aux mêmes doses, et avec le même résultat. Il a accepté de poursuivre pendant un peu plus longtemps cette fois.

J’espère que les effets des traitements se prolongeront davantage.

C’est très confortable et rassurant d’avoir à sa disposition des produits aussi efficaces.

Alors messieurs, n’attendez pas d’en être au stade du cancer de la prostate ! Cet organe peut donner des signes de faiblesse, signes avant-coureur d’un dérèglement plus grave ou tout simplement du vieillissement de l’organe. Les extraits Beljanski sont vraiment efficaces dans les 2 cas, et le résultat objectivable très rapidement.

Pierre a pris l’option d’éviter un diagnostic exagéré ou alarmant, au moindre désagrément il préfère la méthode douce et efficace, il prend les extraits Beljanski.


Témoignage cancer de la vessie et de la prostate

Pour défendre la vérité, je souhaite apporter un témoignage de plus en faveur des produits BELJANSKI. EN 1986, à l’âge de 64 ans, j’ai subi l’ablation de la prostate. À l’issue de cette opération, les examens n’ont révélé aucun signe de tumeur maligne. Hélas, en juin 1991, dans le cadre de ma surveillance médicale réalisée par le service d’urologie du CHU de Bordeaux, les résultats histologiques ont été les suivants:

1°) relatifs à la vessie: carcinome urothélial non papillaire infiltrant une partie du chorion sous- épithélial, respectant les tissus musculaires dans les limites des prélèvements avec un degré d’évolutivité assez élevé. Il s’agit d’une tumeur de grade IV de stade PT1.

2°) relatifs à la prostate : présence au niveau d’un des prélèvements de biopsie prostatique droite, d’un foyer d’adénose à côté duquel existe trois petites glandes vraisemblablement carcinomateuses.

A la suite de ce diagnostic précis, aussi bien les pro- fesseurs de Bordeaux que ceux de Paris que j’avais consultés m’ont proposé d’essayer un traitement par instillation de BCG. J’ai accepté et le 15.07.1991, on mettra en œuvre cette technique habituelle à raison de une instillation de BCG par semaine pendant 5 semaines, puis une par mois pendant 4 mois, pour finir par une par trimestre pendant un an.

Les analyses étant satisfaisantes, les injections étaient donc de plus en plus éloignées. Ce que les Professeurs ignoraient, c’est que parallèlement à ces instillations, je prenais 6 gélules de BG8, actuellement le ROVOL V diffusé par “Natural Source” aux USA (extrait de Rauwvolfia vomitoria du Pr BELJANSKI). Ce traitement m’avait été prescrit par un Médecin Généraliste que l’on m’avait conseillé de consulter. C’est à un stand

de la foire écologique d’Aytré, tenu par la délégation de la Charente Maritime du CIRIS, que j’avais pu obtenir ces documents tout à fait par hasard dans un numéro de la revue “Dialogue”. Ces informations ont été capitales pour moi.

Autre anecdote de cet heureux dimanche de juin 1991, ma fille Ghislaine était également allée faire un tour dans la journée à cette foire. Elle avait été aussi interpellée par ce stand d’information sur le cancer et le sida. Sachant que j’avais des problèmes de santé très sérieux et souhaitant m’aider, elle m’avait acheté le livre de Mirko BELJANSKI “La Santé Confisquée” pour me l’offrir.

Sans tous ces heureux concours de circonstance, je ne serais sans doute pas là aujourd’hui pour pouvoir témoigner de l’efficacité des produits BELJANSKI, et en particulier du BG8 dans la maîtrise du cancer de la prostate. D’ailleurs, ma réflexion s’appuie sur une constatation médicale du Professeur du CHU de Bordeaux qu’il m’a faite suite à un examen passé en juillet 1995.

“C’est merveilleux, mon cher Monsieur, je vous affirme qu’il n’y a plus rien!”. “Alors!” lui dis-je, “c’est un miracle!”. Et le Professeur très étonné, mais ignorant que j’avais pris les produits BELJANSKI, a conclu en hochant la tête : “Un miracle, oui cela arrive parfois aussi chez nous, qu’il se passe un miracle !”.

À titre préventif, et pour éviter toute rechute éventuelle, je prends toujours trois gélules de ROVOL V et trois gélules de PAO V par jour. Dans le cadre de mon suivi médical, les Professeurs ont observé que j’aurais même du tissu prostatique normal (?) qui repousserait.

Lors de l’opération de 1986, on aurait sans doute oublié d’enlever un morceau de prostate qui, par chance, était sain.

Dans mon organisme en pleine forme, il profite et il s'est reconstitué avec le temps et je passais l’an 2000 en pleine forme. Quelque temps plus tard un contrôle du PSA alarma le Professeur qui me suivait et il envisageait une opération indispensable dans le délai d’un mois. Aussitôt cette mauvaise nouvelle j’ai doublé les posologies habituelles des produits « Beljanski » de ma propre initiative. Juste avant d’aller honorer le rendez-vous prévu je fis établir par mon médecin traitant une ordonnance pour la même analyse à l’origine des inquiétudes... Le Directeur de laboratoire en personne surpris par le résultat qui faisait apparaître un retour à la normale téléphona au Médecin pour connaître le nom du traitement révolutionnaire qui serait à l’origine de cette stupéfiante amélioration. Le Médecin surpris lui dit qu’il n’avait rien pu me prescrire car il devait me revoir dans les jours prochains mais il lui dit : « Je crois qu’il prend du Beljanski ! » A ces mots le Directeur du laboratoire se mit à rire. Vint alors le jour du rendez-vous avec le Médecin qui me dit d’entrée : « Vous avez vu vos derniers résultats, mais c’est incroyable, c’est magnifique... que s’est-il donc passé ? » Je lui dis : « Vous savez bien que je prends du Beljanski. » « Ah oui ! » dit-il et il se mit à rire lui aussi... Alors, moi aussi, j’ai rigolé mais pas pour les mêmes raisons que ces deux « spécialistes ». Une fois de plus je me suis très bien tiré tout seul de ce problème. Bientôt ces ricaneurs riront jaune, comme on dit, lorsque les confirmations scientifiques arriveront des USA. Merci, Monsieur BELJANSKI, pour toute cette chance que vous m’avez donnée et je ne comprends pas comment dans un pays démocratique de telles découvertes si capitales peuvent être bloquées par les médias informés, et que l’on puisse pousser à bout un chercheur afin qu’il s’autodétruise face aux harcèlements permanents...


Témoignage cancer de la vessie, de la prostate et du rein gauche avec métastases généralisées

En 1987, suite à des ennuis urinaires, j’ai subi un rabotage des parois de la vessie pour des kystes et polypes cancéreux. Ensuite le chirurgien de la Clinique Pasteur de Royan, m’a fait passer un scanner qui a révélé une tumeur prostatique. J’ai donc subi une prostatectomie le 22 Décembre 1987, le sphincter étant atteint, a été enlevé (suivi d’une incontinence pendant neuf années et six mois).

Depuis le début de l’année 1987, après avoir passé des analyses de T.P.A, j’ai commencé à prendre des produits du Professeur BELJANSKI, Pao Pereira, Rauwolfia. En 1988, j’ai passé une scintigraphie à Bordeaux Haut-Lévêque, et là, catastrophe, une tumeur de 38 mm sur le rein gauche a nécessité une néphrectomie. Le chirurgien a été obligé de me scier deux côtes, il y avait des métastases, ganglions, adhérences à enlever autour de la rate... J’ai continué à prendre GINKGO, ROVOL V, PAO V FM pendant un an et cinq mois au total. Pendant cette période, je n’ai pas eu besoin d’avoir recours

à des séances de chimio ou de rayons grâce au confort apporté par les produits « Beljanski ». Mes analyses étaient excellentes.

Cela fait 19 ans depuis les premières interventions.

Le 30 Septembre, un Professeur de l’Hôpital Pellegrin de Bordeaux m’a proposé la mise d’une prothèse urinaire (sphincter artificiel, appareil A.M.S.800 - pour une nouvelle vie). J’ai accepté cette technologie de pointe diffusée par American Medical Systems aux USA : Tel (1) 612-933-4666, Fax (1) 612-930-6592

Aujourd’hui, je vais très bien après cet impressionnant parcours sans chimio ni rayon (c’était mon choix personnel) et je remercie le Professeur BELJANSKI pour ses découvertes.


Témoignage cancer taux de mon PSA est de 10,1

En avril 2006, lors de mon contrôle sanguin annuel, le taux de mon PSA est de 10,1; depuis 3 ans il était toujours normal. Mon médecin traitant me met alors en relation avec un urologue niortais, début mai. Celui-ci pratique une biopsie prostatique et me fait également passer une scintigraphie (radio des os).

Résultat : à 70 ans et demi, adénocarcinome cancer prostatique de score V de gleason donc bien différencié identifié sur la foi d’un PSA qui s’est élevé dans l’année de 10ng/mg alors qu’il était de 4.5 (normal) un an auparavant.

En résumé, sur 16 prélèvements des biopsies prostatiques, un seul présente une infiltration par un score V de gleason sur 1 mm; la lésion est classée T2a au TR.

L’urologue niortais, après concertation avec deux collègues, me propose l’ablation de la prostate en me précisant bien tout ce qui pouvait en résulter. Je lui demande réflexion car je pensais aux désagréments (incontinence, absence d’érection).

Nous sommes en juillet 2006 et en rencontrant un ami poitevin, je lui fais part de mon problème. Celui-ci, en élevant la voix me conseille de ne pas donner suite en me disant qu’un de ses parents parisiens prenait depuis plus de 10 ans des pro- duits «américains».

En appelant celui-ci, je découvrais le nom de BELJANSKI ; par chance une réunion annuelle avait lieu à Saintes en septembre. Je m’y rendais avec ma compagne et nous étions rapidement convaincus par les témoignages des présents des bons résultats des produits Beljanski que je commandais sans plus attendre PAO V FM - ROVOL V - REAL BUILD et GINKGO. La rencontre à Saintes d’un ami d’école primaire, les témoignages de personnes présentes et la pugnacité de feu Gérard WEIDLICH m’avaient emballé.

Toutefois, pour être plus sûr du résultat et ne plus entendre parler de ce cancer comme je l’espérais, j’avais la possibilité de pouvoir rencontrer un professeur de l’Hôpital Rangueil à Toulouse qui me confirmait que je pouvais, sur le plan chirurgical me diriger vers une curiethérapie interstitielle.

Tout en prenant les produits Beljanski dont j’ai parlé ci-dessus, le 18 décembre 2006, j’étais au CHU de Poitiers pour qu’un docteur, très réputé dans son domaine, me fasse une curiethérapie (injection par voie naturelle d’implants radioactifs). Entré le 17, curiethérapie subie le 18 à 13h, je rentrais à Niort le 19 décembre 2006 et me retrouvais à la maison sans le moindre problème.

Par contre et c’est ici que j’insisterai sur les produits Beljanski, les deux confrères, si je puis dire, c’est-à-dire deux autres patients qui ont subi le même jour des curiethérapies ont eu des réactions désagréables, à leurs dires. Depuis 2008, mon taux de PSA est de 0,1. Pas de problème ; je ne peux que recommander les produits Beljanski et je ne manque surtout pas de le faire dans mon entourage lors de rencontres fortuites.

Sans ce scientifique en biologie à temps, je serais actuellement opéré de la prostate, je n’aurais plus d’érections naturelles, serais peut- être incontinent ou aurais des fuites donc je serais traumatisé.

Sans les produits, en irradiation, j’aurais été sûrement touché par les effets secondaires, alors que je suis parfaitement comme avant ma maladie.

Si j’ai été un peu long, c’est pour mieux vous aider.

En conclusion, Merci Mirko et sa famille, merci Gérard et Pilou qui m’ont mis sur le rail... vous avez guidé mon combat et je me sens heureux d’avoir été capable de me prendre en mains, d’avoir réussi cet infernal parcours...

Aujourd’hui, cela fait 11 ans que je suis en rémission totale, les PSA sont régulièrement entre 0,5 et 1 ng. Je prends 4 traitements annuels sur 15 jours, PAO V FM et ROVOL V, ma forme est intacte.


Témoignage prostatectomie radicale

07.03.96 – Prostatectomie radicale (cancer) Dr. B. Urologue.

20.03.02 – PSA (AXSYM) 1,3 ng/ml. 26.04.02 – Ponction Biopsie Echoguidée.

Formation nodulaire latéro-anasto- motique gauche, biopsies ciblées Dr. C.

Radiologue. Analyses: CANCER

06.06.02 – PSA (AXSYM) 1,6 ng/ml. Consultation Centre anti-cancer

Paul Strauss : 35 séances rayons. 19.06.02 – Consultation chez le Dr. P. qui me conseillera l’utilisation des produits « Beljanski » : 3 PAO- FM, 3 Rovol V, 6 Ginkgo V, pendant les rayons.

Le personnel qui pratiquait la radiothérapie a demandé à maintes reprises si j’avais des problèmes gastriques ou urinaires. Il semblait surpris que ma réponse soit négative. Je n’avais aucun problème.

Résultats des analyses sanguines après environ 28 séances de rayons et d’utilisation des produits « Beljanski » : hématies 4 940 000/mm3, leucocytes 5 000/mm3 dont 1 400 lympho- cytes/mm3, plaquettes 202 000/mm3

J’ai continué après les rayons, le traitement adapté des produits « Beljanski », résultat : 26.08.02 – PSA (Tous AXSYM)
0,7 ng/ml. 08.11.02 – PSA 0,4 ng/ml.

29.04.03 – PSA 0,1 ng/ml. 07.11.03 – PSA 0,1 ng/ml.

J’ai informé le médecin de mon suivi anticancer de Paul Strauss que j’utilise les produits « Beljanski ». Ce médecin s’il le souhaite pourra juger de l’efficacité du traitement.

18.11.03 – le Dr. P, vu l’évolution a recommandé pour les 2 ans à raison de 10 jours par mois : 3 PAO FM et 3 Rovol V.

Merci aux produits « Beljanski » et aux médecins qui osent les recommander.


Témoignage psa passé de 17,75 à 0,2 en trois mois

J’ai eu 40 séances de rayons. L’oncologue a dit “je vous tire de là à 95%”. Il y a donc les 5% qui sont restés avec un cancer paraît-il, agressif. Je me suis rendu compte suite à d’autres renseignements parce que lorsque l’on est malade effectivement avoir plusieurs médecins. Je suis allé sur Bordeaux. A Bordeaux on m’a dit qu’effectivement il y avait des analyses qui n’avaient pas été faites. Donc j’ai changé d’oncologue, je suis parti sur un oncologue sur Bordeaux, et donc j’ai continué mon traitement. Après les rayons ils m’ont mis sous casodex, ensuite sous piqûre à base d’hormones qui m’ont fait prendre du poids, de la poitrine, … je n’ai pas été opéré, j’ai simplement eu 40 rayons.

Mais on m’avait envisagées, lorsque l’on m’a dit qu’il était agressif qu’il a redémarré de plus belle, donc trois mois après les rayons, de me mettre en chimio.

Comment avez-vous connu l’approche Beljanski ?

Ma belle-sœur qui m’a donné le nom de docteur Beljanski et ensuite j’ai fait mes recherches moi-même. Après avoir li les informations disponibles sur le site internet du CIRIS, je contacte une personne ayant déjà témoigné pour la même pathologie. Il m’écoute, m’oriente, et je rencontre un médecin familier de l’Approche Beljanski. J’ai commandé ces médicaments, et suite à ça, étant tellement perturbé un peu dans ma tête, ce qui était un peu logique, j’ai dit « je m’en vais trois mois au Maroc ». J’ai la chance d’avoir un camping-car, je suis parti trois mois au Maroc avec vos médicaments. Je n’avais qu’un comprimé le casodex à prendre par jour et les extraits Beljanski que j’ai commencé au départ en me rendant au Maroc. J’avais donc à l’époque 17,75 en PSA. J’ai fait mes trois mois au Maroc, j’ai visité au Maroc… Je suis revenu du Maroc, j’ai fait mes analyses sanguines, je suis retourné à bordeaux : j’avais 0,2 de PSA. Or, il en faut pour un homme 0,2. De 17,75 je suis descendu à 0,2 en en trois mois.

Qu’a dit votre oncologue à ce moment là ?

Alors mon oncologue m’a dit pas « Je ne comprends pas. Qu’est-ce qui se passe ? je ne comprends pas que ça soit que le casodex» Suite à ça il m’a foutu une piqûre tous les trois mois et elle m’a fait arrêter le casodex. Mais elle ne comprenait pas que ça ait diminué comme ça. Alors je me suis permis de lui dire quand même ce que je prenais. Elle m’a dit « je connais ». Je lui dis « qu’en pensez-vous ? ». Elle m’a répondu « Je n’ai pas le droit d’en parler, mais si ça vous fait du bien prenez-le, ça ne peut pas vous nuire ». Et on en est resté là.

C’est moi qui remercie surtout votre docteur Beljanski d’avoir fait ça parce que c’est vrai que c’est malheureux à dire, mais en France on arrive à une médecine à deux vitesses. Quand il y a des choses qui sont valables ou qui ont une chance d’aboutir à quelque chose, pourquoi est-ce que l’on ne veut pas parler ?!

Aujourd’hui je vais mieux et attends de nouvelles analyses. Je n’hésite pas à parler de l’Approche Beljanski à mon entourage.

[dt_default_button link="url:https%3A%2F%2Fdev.beljanski.info%2Fles-extraits-naturels-anti-cancer%2F|title:plante%20contre%20le%20cancer||" size="big" btn_width="btn_full_width"]PLUS D'INFORMATION SUR LES EXTRAITS[/dt_default_button]


Roland L 15-ans de rémission

Témoignage patient atteint d’un cancer de la prostate

Roland-L 15 ans de rémission du cancer de la prostateJ’ai 82 ans, 1,70 m, 82 kg. Toute ma vie j’ai pratiqué du sport. Je bois modérément de l’alcool, je ne fume pas. Tous les ans, je me fais faire un bilan de santé. Le 30 janvier 2003 un examen biologique m’informe d’un taux de PSA 4,32 (moyenne 4), PSA libre 10 (moyenne 25).

Inquiétude de mon Docteur qui m’ordonne une échographie urinaire que je passe le 27.02.2003 : «Hétérogénéité sur partie antérieure de la prostate». L’enchaîne- ment, très long, se fait le 8 mars 2003. Je prends contact avec un urologue pour la pratique d’une biopsie qui se fera le 19 mars 2003. Le méchant résultat tombe : adénocarcinome de la prostate de grade VII de Glaeson (4×3) sur 3 carottes droites.

J’apprends donc que j’ai un cancer et suis moralement effondré. Je vis seul et mes nuits sont en pointillés.

A chaque réveil nocturne, je pense que je suis atteint d’un cancer. Je n’ai rien vu arriver, aucun symptôme. Alors suivent dans le temps : scintigraphie, scanner, IRM, m’indiquant que je ne suis pas métastasé. Il me faut rebondir.

Nous en parlons longuement avec mon Médecin, ma famille, mes proches amis, mes jeunes voisins enseignants.

Ces derniers, copains avec la fille de Gérard WEIDLICH et sa femme Pilou, que je ne connaissais pas, me prêtent le livre intitulé « En- quête sur un survivant illégal » et une semaine après me mettent en relation avec Gérard.

Avec son optimisme, sa conviction naturelle, il me parle du chercheur trouveur Mirko BELJANSKI de ses longues et fructueuses recherches… Très interpellé, je reste quand même pessimiste, ne croyant qu’à ce que je vois et à ce que je palpe.

Gérard me procure « Cancer, l’Approche Beljanski » de Mirko BELJANSKI et « Dialogue » revue qui répond à la 1ère question que l’on se pose : « Pourquoi si ces produits ont une telle efficacité, ne les trouve-t-on pas sur le marché pharmaceutique ?» Et me voici lancé à lire le parcours stupéfiant de Mirko BELJANSKI, les témoignages les documents relatifs au cancer prostatique… Parallèlement, je me procure par internet toute la documentation, sur ce qu’est cette maladie, les façons de la traiter les lieux, les noms des professeurs… la confiance et l’optimisme réapparaissent.

Je décide de prendre les produits « Beljanski » PAO V FM et ROVOL V

Pendant ce temps, l’Urologue me convoque, 1 mois après la visite, il m’informe brièvement qu’il y a plusieurs solutions d’intervention, mais, dans mon cas l’ablation de la prostate serait la meilleure solution.

Je le questionne sur les inconvénients : « plus d’érection, risque d’Incontinence… ».Bien informé par mes lectures qu’il existait d’autres solutions moins traumatisantes, je refuse le rendez- vous d’hospitalisation, lui parle de Mirko BELJANSKI (petit sourire sans réponse), lui dis que je souhaite réfléchir…

Je lis, je discute, j’apprends, et mes connaissances progressent. La radiothérapie en synergie avec les radio-protecteurs «Beljanski» Ginkgo V et REAL BUILD attirent mon attention.

Mon Médecin traitant que je remercie pour sa confiance, ainsi qu’une amie Docteur en pharmacie, tout en étant des professionnels de la santé ne me découragent pas de poursuivre le traitement.

Bien s’en est fallu, puisque 5 mois après n’ayant toujours pas eu recours à la médecine traditionnelle, mes PSA chutent à 2,71 et les libres augmentent à 16 plus diminution diffuse de la couronne prostatique (IRM).

Devant ces résultats encourageants, mon Médecin m’a demandési j’étais allé à Lourdes…« C’est un miracle ! » me dit-il.

Dans mon cas, adénocarcinome précoce localisé non métastasé et d’un score de Gleason de 4×3 ce qui est limite, je suis attiré par la Curiethérapie. Avec l’avis de mon Médecin, je décide d’aller voir un

professeur à Poitiers. Le contact sera plutôt froid. Je l’informe de mon souhait et lui parle du traite- ment Beljanski.

Ce « Spécialiste » manque de discussion, d’humanisme, et me dit devant mon insistance : «Je passe votre dossier en commission de Curiethérapie ». Réponse un mois plus tard : « refus de la commission, et à propos de BELJANSKI, ses travaux sont en cours d’évaluation( ?). Je vous propose l’ablation des ganglions prostatiques, l’urologue que vous avez rencontré est mon ancien élève et sera très compétent pour cette intervention. »

Nouvelle déception, je ne com- prends pas cet acharnement pour l’ablation, ou peut-être trop bien… Je sais qu’enlever les ganglions, suit la prostatectomie ; je sais aussi que la Curiethérapie est à la charge des hôpitaux.

Je suis décontenancé, mais ça ne dure pas, l’ardeur de m’en sortir autrement active mon combat.

Mon Médecin traitant me comprend et m’encourage. Etant cancéreux je

souhaite être traité par des spécialistes en Oncologie.Je prends rendez-vous à Bergonié à Bordeaux avec une urologue Oncologue. Enfin je suis très bien reçu et mon interlocuteur est à l’écoute. Il possède beaucoup de compréhension, d’humanisme.

Je lui explique ce que je souhaite en synergie avec les produits «Beljanski». Cette Doctoresse, très attentive, m’ordonne des examens pour avoir plus de précisions. Je repars très satisfait de cet entretien, et avec beaucoup d’espoir.

Je suis convoqué un mois plus tard avec des résultats probants, donc sûr d’une réponse favorable.

Encore déçu, cette Doctoresse pour laquelle j’ai beaucoup de respect m’indique que le score de Gleason l’inquiète, qu’elle ne veut pas prendre le risque d’une Curie- thérapie, craignant une récidive. Elle me conseille la radiothérapie.

Je suis évidemment déçu mais

je me rappelle que la radiothérapie avec le traitement de Mirko BELJANSKI donne d’excellents résultats.

J’hésite entre les deux méthodes : Curie ou radio… L’une externe, l’autre interne. J’avantage la Curie- thérapie et me décide à prendre rendez-vous avec un Professeur à l’hôpital Curie à Paris.

Encore un mois qui passe mais compte tenu de l’efficacité de mon traitement, je ne suis pas inquiet et cela me permet d’envisager sereinement, ce que je pense être la meilleure solution.

A l’hôpital Curie, très bien reçu, un Professeur sympa, très humain. Après avoir bien discuté, examiné tous mes dossiers, mon parcours, il me propose enfin la Curiethérapie, mais avant, une cure de 4 mois d’hormonothérapie avec les risques que cela comporte : (incompatible avec le traitement « Beljanski », je ne lui en parle pas).

Je lui dis que je n’adhère pas à cette thérapie et s’il le comprend très bien il m’indique que la radio- thérapie serait une solution efficace pour mon cas.

Je me remets aux écrits du Docteur B. AZI-ZIEH relevé dans une ancienne revue « Dialogue » lequel confirme qu’avec les radio-protecteurs GINKGO V et REAL BUILD, il ne craint pas les conséquences de la radiothérapie (séquelles radiques, cystites, rectites… et que la puissance sexuelle reste générale- ment intacte).

Ma décision définitive est prise, j’opte pour la radiothérapie conformationnelle 3D qui présente de nombreux avantages. Je rencontre à Niort un Docteur Oncologue issu de Bergonié. Je ne lui parle pas de Mirko BELJANSKI, mais il semblait être au courant ayant pris contact avec les professeurs que j’avais rencontrés. Ainsi, après 40 séances de radiothérapie conformationnelle uniquement en synergie avec les produits « Beljanski »

j’assure aujourd’hui ne pas avoir été victime des séquelles radiques et ma puissance sexuelle est restée intacte.

Au cours des séances radio, j’ai connu quelques irritations qui se sont estompées 15 jours à 3 semaines après l’irradiation. Diagnostique : « Examen clinique tout à fait rassurant, bilan biologique PSA abaissés à 1,82, doivent se réduire encore. Bon résultat cli- nique de l’irradiation et amélioration biologique. »

Aujourd’hui, je me sens sorti d’un cauchemar, je continue ma vie sportive et toutes mes activités. Dans cette odyssée qui a duré 14 mois dont 11 uniquement de pro- duits du Pr. Mirko BELJANSKI,

j’ai eu 4 chances essentielles :

1. D’avoir détecté prématurément cette tumeur précoce et localisée, 2. D’avoir tout de suite connu Gérard WEIDLICH et à travers lui Mirko BELJANSKI, son travail, ses produits…

3. D’avoir énormément lu afin de faire une synthèse avant de prendre une décision définitive,
4. D’avoir été bien suivi par mon Docteur, soutenu par ma famille et mes proches amis.

Cette expérience, même si je ne suis pas un scientifique, me permet de solliciter votre attention.

Il est important :

– D’apprendre à bien connaître sa maladie par les lectures traditionnelles, celles de Mirko BELJANSKI. · De poser beaucoup de questions à tous vos interlocuteurs.

– De surtout bien étudier les travaux du chercheur trouveur Mirko BELJANSKI, prendre ses produits qui vous apporteront de suite un confort moral avant de constater l’efficacité physique et biologique incontestable.

Je me dois aujourd’hui de rendre un hommage particulier et sincère à ce grand savant ainsi qu’à sa femme Monique et sa fille Sylvie, qui avec un courage exceptionnel continuent ce difficile combat pour notre bien.

Je n’aurais pas connus et étudié le travail de ce scientifique en biologie à temps, je serais actuellement opéré de la prostate, je n’aurais plus d’érections naturelles, serais peut être incontinent ou aurais des fuites donc je serais traumatisé. Sans les produits, en irradiation, j’aurais été sûrement touché par les effets secondaires, alors que je suis parfaitement comme avant ma maladie. Si j’ai été un peu long, c’est pour mieux vous aider.

Aujourd’hui, cela fait 14 ans que je suis en rémission totale.

Les PSA ont augmenté et varient entre 2,70 et 3. Chaque fois qu’il y a progression, je prends 8 PAO V FM pendant 1 semaine et 8 RO- VOL V la semaine suivante et ils baissent d’un point. Toujours en bonne forme.

En conclusion, Merci Mirko et sa famille, merci Gérard et Pilou qui m’ont mis sur le rail… vous avez guidé mon combat et je me sens heureux d’avoir été capable de me prendre en mains, d’avoir réussi cet infernal parcours…

[dt_default_button link="url:%2Ftraitement-cancer%2F|title:Traitement%20cancer||" size="big" btn_width="btn_full_width"]En savoir plus sur l'approche Beljanski[/dt_default_button]


Témoignage antigène de la prostate en hausse

Soucieux de ma santé, j'effectue régulièrement un bilan. En 1991, mes analyses de sang étaient suspectes. Elles ont nécessité des examens complémentaires et, en particulier, une échographie de la prostate. Il est apparu dans les résultats que mon antigène de la prostate était légèrement en hausse.

Informé, j'ai donc décidé, au nom de ma liberté thérapeutique, de me faire prescrire par mon médecin traitant du BG-8 mis au point par M. Beljanski. Grâce à ce bon réflexe de prévention tout est rentré rapidement dans l'ordre et il n'y a pas eu d'autres alertes côté prostate. Mon état de santé est bon et je considère que les molécules non toxiques de M. Beljanski sont vraiment un progrès considérable dans la recherche médicale.

J'ai 73ans et la marche est mon sport favori.


Témoignage cancer de la prostate avec métastases osseuses

C’est à la suite de la découverte d’un cancer de la prostate que j’ai été amené à utiliser les compléments alimentaires de Monsieur le Professeur BELJANSKI, en synergie avec un traitement par radiothérapie (32 séances) et hormonothérapie. Ayant eu connaissance de ces produits grâce aux interventions radiophoniques de M. WEIDLICH, Président de l’Association CIRIS, je n’ai pas hésité à les utiliser immédiatement (PAOV-FM, ROVOL-V et, pendant les séances de radiothérapie, GINKGO V associé à REAL BUILD)

Pendant le traitement radiothérapique, je n’ai souffert d’aucun effet secondaire lié a ce mode de soin (pas de cystite et surtout pas de fibroses radiques, ces brûlures dûes aux rayons). J’ai pu manger normalement, en consommant des aliments sains. Je n’ai suivi aucun régime alimentaire particulier sauf le fait de ne pas boire d’alcool.

Après dix mois de soins, le constat médical est: résultat remarquable. Les résultats ont continué à surprendre les spécialistes qui m’ont traité et pour qui la disparition de mes métastases osseuses restèrent “un mystère.” Pour moi il n’y a aucun mystère mais cela prouve simplement l’efficacité des produits Beljanski dont l’utile synérgie d’action est tellement évidente.

Merci à Monsieur et Madame BELJANSKI pour leurs recherches difficiles.