Témoignage Leucemie aigue Type 5

Un grand merci à Joëlle P. pour le récit du traitement son mari.

[ultimate_heading main_heading="Début symptômes" main_heading_color="#ffffff" sub_heading_color="#ffffff" alignment="left" main_heading_style="font-weight:bold;" margin_design_tab_text="" main_heading_font_size="desktop:20px;" sub_heading_font_size="desktop:15px;" main_heading_margin="margin-top:20px;" sub_heading_margin="margin-top:20px;margin-bottom:20px;"]Mars 2011[/ultimate_heading]
[ultimate_heading main_heading="Date dépistage" main_heading_color="#ffffff" sub_heading_color="#ffffff" alignment="left" main_heading_style="font-weight:bold;" margin_design_tab_text="" main_heading_font_size="desktop:20px;" sub_heading_font_size="desktop:15px;" main_heading_margin="margin-top:20px;" sub_heading_margin="margin-top:20px;margin-bottom:20px;"]Mai 2011 - Moyens de dépistage (analyses, scanner…)[/ultimate_heading]
[ultimate_heading main_heading="Localisation" main_heading_color="#ffffff" sub_heading_color="#ffffff" alignment="left" main_heading_style="font-weight:bold;" margin_design_tab_text="" main_heading_font_size="desktop:20px;" sub_heading_font_size="desktop:15px;" main_heading_margin="margin-top:20px;" sub_heading_margin="margin-top:20px;margin-bottom:20px;"]Toute la moelle osseuse[/ultimate_heading]
[ultimate_heading main_heading="Durée traitements" main_heading_color="#ffffff" sub_heading_color="#ffffff" alignment="left" main_heading_style="font-weight:bold;" margin_design_tab_text="" main_heading_font_size="desktop:20px;" sub_heading_font_size="desktop:15px;" main_heading_margin="margin-top:20px;" sub_heading_margin="margin-top:20px;margin-bottom:20px;"]2 ans de traitement Beljanski et 6 mois de traitement conventionnel[/ultimate_heading]

TRAITEMENTS CONVENTIONNELS

Chimiothérapie intensive (4 chimio de 9 à 11 jours chacune espacées de 6 semaines entraînant une hospitalisation de plus de 6 mois, + Une greffe de la moelle osseuse donneur familial.

D’EXTRAITS BELJANSKI

PAO PEREIRA – RAUWOLFIA VOMITORIA – GINKGO BILOBA – FRAGMENT ARN

[dt_fancy_separator el_width="70%"]

LE TEMOIGNAGE :

Mars 2011, je suis en voyage professionnel. Mon mari m’informe qu’il vient de constater une boule suspect dans son testicule. Il va chez un urologue. Son verdict tombe : cancer. Il faut opérer d’urgence. L’opération est réalisée d’urgence et la tumeur est analysée. On respire en attendant les résultats de l’analyse de la tumeur qui va prendre plusieurs semaines. Pas pour longtemps cependant car mon époux commence à souffrir de douleurs disparates. 4 semaines plus tard, il est hospitalisé pour une leucémie aigûe de type 5, une forme sévère et souvent mortelle. Il va subir 4 chimios intensives, le but étant de détruire sa moelle. Il est donc hospitalisé dans un service d’hématologie.

Journaliste, je commence à m’intéresser aux plantes qui pourraient le soutenir. Je découvre les traitements Beljanski. Je doute (Cela fait partie de mon métier) et j’enquête sur ce scientifique. Je découvre les 300 études menées par Beljanski et je rencontre des malades. Mon mari a commencé sa première Chimio qui ne se déroule pas trop mal. Mais il perçoit toujours des douleurs dans ses clavicules et me dit : Je sens que les cellules cancéreuses sont encore là. Je téléphone à New York car son cas est particulier  et on me conseille de essentiellement du Pao Pereira. Mon mari commence à prendre son traitement aux plantes. Dès le troisième jour, il sent des différences. “Je ne sens plus les douleurs. Je sais que les cellules cancéreuses sont partis.” me dit-il. Ce résultat sera confirmé par les premiers examens de contrôle. Plus aucune cellule cancéreuse dans sa moelle qui était envahie à 80%. Mais il faut continuer les 3 autres chimios car ce type de cancer est récidivant et peu de personne en réchappe. Jusqu’à la greffe. Les deux autres chimios ne se passent pas trop mal.

Mon mari est cité en exemple comme patient exceptionnel. Les infirmières passent leurs examens avec lui. Il fait quelques minutes par jour de vélo. Il subit peu d’effets secondaires qui sont dévastateurs et peuvent tuer le patient. Dernière chimio. Nous avons averti les médecins qu’il prend du Pao Pereira. Ils interdisent à mon mari de prendre ces plantes pour la dernière chimio qui doit préparer la greffe. Il ne faut aucune interférence. La chimio se passe nettement moins bien. Mon mari est sévèrement affaibli. Nous constatons une nette différence entre la chimio avec le Pao et la chimio sans le Pao. C’est flagrant. Nous sommes beaucoup plus inquiets. La greffe se passe bien. Mais mon mari va faire 4 GVH dont deux graves qui auraient pu le tuer. Aujourd’hui, il est en rémission depuis plus de 7 ans. Il sera considéré comme guéri par la médecine d’ici 3 ans. Mais les médecins considèrent que plus on avance dans le temps plus les risques de récidives se minimisent. Nous avons connu plusieurs personnes dans notre entourage qui ont souffert de cette maladie. Toutes ont été emportées dans les 2 à 4 années après la date de leur diagnostic et toutes ont fait une récidive fatale et rapide. Nous les avions informé de la possibilité de prendre ces compléments. Devant la sévérité de ce mal terrible, toutes ont refusé de prendre du Pao Pereira.

Statistiquement, seuls 5% des patients qui ont subi le cancer de mon époux sont toujours vivants après 5 ans. Certes, mon époux n’a pas été capable de reprendre son activité professionnel étant notamment resté alité durant plus de 2 ans. Il souffre également des conséquences invalidantes à la suite des doses de chimio qu’il a reçu et des GVH de sa greffe. Il est bien plus faible qu’avant sa maladie et doit se reposer plusieurs fois par jour. Mais, mon mari, mes enfants et moi même continuons à penser que c’est grâce aux plantes préconisées par le Docteur Beljanski que leur père et mon époux est toujours avec nous.


Témoignage leucémie aigue lymphocitaire

Ma femme, Marcelle D, 64 ans, est entrée pour examen au CHR de Bordeaux Haut Lévèque le 16/11/1988. Le lendemain après un diagnostic de "leucémie aigue lymphocitaire" elle commençait le traitement intensif de chimiothérapie dans le service du Pr. A. Broustet au G6 du CHR.

Son état n'était pas brillant, nourrie pendant plus d'un mois avec des petits pots pour bébé, des taux de leucocytes et de plaquettes très bas nécessitant de fréquentes transfusions du sang et de plaquettes.

Le Docteur C. de l'Ile d'Oléron nous avait averti que la remontée des leucocytes et des plaquettes serait spectaculaire et elle l'a ´té : en moins de quinze jours de 2600 U à 6600 U, les plaquettes de 30000 à 364000. Je vous joins le duplicata d'analyse vous confirmant le fait.

Stupéfaction dans le service du Professeur Broustet dont les pronostics jusqu'à cette date n'étaient pas des plus optimistes. A partir de la première prise des produits Beljanski, ma femme n'a eu besoin d'aucune transfusion de plaquettes ou de sang.


Témoignage d'une Leucémie avec auto-greffe

Atteint par un lymphome lymphoblastique (forme grave de leucémie) en juin 1987, j'ai été hospitalisé au CHU et traité par chimiothérapie comme cure principale suivie de plusieurs cures de consolidation.

Par la suite, j'ai opté pour une greffe de moelle osseuse plutôt que de continuer des chimiothérapies dont on ne pouvait me prédire la fin.

Pendant tout ce temps, j'ai utilisé en complément les formules du Professeur BELJANSKI.

Les Professeurs et médecins du CHU ont été surpris de voir à quelle vitesse mes globules blancs réapparaissaient, soit au 9ème jour après la greffe au lieu du 21ème habituellement, tant en France qu'aux Etats-Unis.

Ma sortie de l'hôpital est intervenue plus d'un mois avant les meilleures prévisions !! Le Professeur, chef du service d'hématologie est même venu me voir dans ma chambre stérile en me qualifiant de « Champion toutes catégories ». C'est dire la différence énorme entre ma réaction au traitement et celle des autres patients traités de la même manière mais sans l'appui de l’approche BELJANSKI.

Révélant aux spécialistes un an plus tard l'utilisation des formules de Mirko BELJANSKI en synergie avec les traitements officiels, la seule réponse fut : « Nous, on n’y croit pas ! ».

Début 2004, on me découvre des polypes dans le nez. Le spécialiste hospitalier me propose l'opération tout en me disant que les polypes réapparaissent très souvent.

Je décide alors de prendre du Rauwolfia vomitoria à la dose de 6 gélules par jour. Les polypes disparaissent rapidement sans adjonction d'aucun autre médicament. Cela rejoint l'expérience du Professeur Henri BOITEUX pour qui la repousse des polypes nasaux avait cessé lors d'un traitement par le Pao pereira.

Nous recevons régulièrement des coups de téléphone de personnes ayant des problèmes de santé importants. Ces personnes désirent savoir comment je me porte après 23 ans de recul et posent beaucoup de questions sur l’approche BELJANSKI. Ces échanges souvent très riches débouchent sur la surprise d'abord de me savoir en si bonne santé et sur de nouveaux espoirs quant à la résolution de leurs problèmes.

Nous sommes en Avril 2010, j'exprime ma profonde reconnaissance au Professeur BELJANSKI et à son épouse Monique, ainsi qu'à Pierrette WEIDLICH qui a repris le flambeau de Gérard à la présidence de l'association CIRIS.


Témoignage Leucémie avec autogreffe

Le 13 juillet 1998, notre fils Nath (13 ans) est hospitalisé d’urgence suite au diagnostic d’une leucémie myéloblastique aiguë. Après des transfusions sanguines (il lui restait 1/4 de volume sanguin !), la chimiothérapie commença. Le corps médical nous avait prévenus des effets secondaires pénibles qui étaient engendrés par ce traitement lourd. Après deux, trois jours, nous lui administrons les médicaments du Professeur BELJANSKI. Nath, étonnamment, ne présentait guère d’effets secondaires à la chimiothérapie contrairement à sa voisine de chambre qui, elle, ne bénéficiait pas de ce traitement complémentaire à la chimio. Elle était percluse de champignons dans tout le corps, se plaignait sans cesse de maux de ventre, ne pouvait plus rien avaler suite aux aphtes qui lui emplissaient la bouche et la gorge. Nath., lui, sautait sur son lit, jouait même au foot et dansait dans la chambre. Il était dans une forme olympique et avait un moral d’acier. Il nous disait qu’il n’avait pas du tout l’impression d’avoir une chimio (les produits sont pourtant distillés 24h/24h pendant 10 jours non-stop). A part une grave infection (un staphylocoque doré) qu’il contracta en phase d’aplasie due à la chimio et qu’il combattit avec une force extraordinaire en une semaine, Nath a montré une résistance physique et morale exceptionnelle aux divers traitements, ce qui étonna à plusieurs reprises le personnel soignant (qui n’était absolument pas au courant du traitement parallèle suivi).

Le traitement se termina par une autogreffe de moelle osseuse qui fonctionna extrêmement bien et ce, toujours en parallèle avec les médicaments Beljanski. On n’imagine pas les ruses qu’il faut parfois employer pour faire rentrer des médicaments “marginaux” dans une chambre stérile où rien ne peut rentrer de l’extérieur ! Mais quand il s’agit de la vie de son enfant...

Après 7 mois d’hospitalisation entrecoupée de petits congés, Nath est rentré à la maison tout en continuant le traitement Beljanski. Il se disait lui-même guéri tant sa forme était excellente. Il a d’ailleurs pu participer à une semaine de sports d’hiver dans les Alpes 15 jours après sa sortie où il a aussi étonné les autres participants, tous d’anciens leucémiques greffés bien avant Nath et qui étaient rudement plus fatigués que lui. Il a repris l’école, fait du sport et a pu même goûter le bonheur de nager dans le Pacifique cet été alors qu’il ne pouvait, selon les pronostics du début, avoir de contact avec la mer pendant 5 ans.

Décision qui fut modifiée suite à ses analyses de sang mensuelles qui s’avèrent excellentes et tout est parfait lors des contrôles médicaux réalisés tous les 6 mois. Nath a aujourd'hui 18 ans et il a droit aux félicitations des hospitaliers. (Sans commentaire)

Il nous dit souvent que ce sont les médicaments du Professeur BELJANSKI qui l’ont sauvé.

Anne Hauglustaine (Mère de Nathael)


Témoignage Leucémie aiguë myéloblastique chez un enfant trisomique

Vincent est l’un des dix enfants qui ont été adoptés par la famille Guémart qui compte au départ cinq enfants biologiques. Cette famille est à l’origine de la création d’une association loi de 1901 “Le groupe Handicap-Initiative” qu’il faut encourager;

Vincent est trisomique 21 (mongolisme). Depuis sa naissance, cet enfant n’a pas eu de chance puisqu’il fut également atteint d’une leucémie aiguë myéloblastique. Selon tous les spécialistes, il ne devait pas pouvoir survivre au-delà de ses deux ans. En effet, il est admis scientifiquement qu’il s’agit là d’une complication irréversible et non maîtrisable chez les trisomiques. D’ailleurs, le médecin de sa famille adoptive avait dit à Mme Guémart « On guérit très peu de leucémiques même quand on n’est pas trisomique.»

Ainsi comme en ont témoigné ses parents, ils estiment que c’est grâce à l’association de la chimiothérapie et des produits Beljanski et, en particulier, aux ARN fragments d’Escherichia Coli (anciennement nommé RLB et actuellement ReaL Build), qui rétablissent les défenses immunitaires et permettent une remontée du taux des leucocytes tout en induisant la genèse des plaquettes sanguines, que Vincent a pu être sauvé. Utilisés en synergie avec la chimiothérapie indispensable dans ce type de pathologie grave, les résultats obtenus ont été spectaculaires. L’enfant a survécu et s’est développé normalement pour un trisomique.

La forme et la joie de vivre de Vincent en sont un témoignage édifiant.

Nous ne pouvons que rester en admiration devant ce magnifique exemple d’amour et de dévouement de Bernadette et de Jean-Michel (major à l’École d’Application et d’Infanterie de Montpellier). Ces parents doivent gérer tous les problèmes liés à l’éducation et à la gestion d’une si grande famille. Tout le monde participe et s’entraide. Dans la grande maison des Buissonnets, il règne une ambiance très animée et très chaleureuse. Pour tous, c’est ça le bonheur et la véritable fraternité.

Voici Noël qui arrive à grand pas et Vincent est en pleine forme, diable à souhaits ! Il aura 13 ans le 29 janvier prochain. Il y a quelques jours, nous relisions avec mon mari, une émouvante petite carte que nous avaient adressée M. et Mme Beljanski à l’occasion du Noël 1989.

À cette époque, grâce aux RLB, Vincent avait pu résister aux indispensables séances de chimiothérapie lourde. À la stupéfaction des cliniciens qui lui administraient ces traitements très toxiques, mais pourtant nécessaires à une hypothétique amélioration de sa leucémie, Vincent avait pu sortir rapidement de sa chambre stérile.

Quelle joie de l’avoir eu avec nous, en famille, pour ces jours de fête, alors que les cliniciens nous avaient prédit qu’il ne verrait pas ses deux ans. C’était notre plus beau cadeau!

Tout le monde ne pouvait que constater la réalité. Cet enfant trisomique atteint d’une forme grave de leucémie devait subir régulièrement des cures de chimiothérapie. C’est bien grâce aux RLB utilisés en synergie qu’il réussissait à supporter toutes ces séances. Très rapidement, sa formule sanguine qui chutait vertigineusement à cause de la chimiothérapie, redevenait normale lorsqu’il avait pris ses RLB. Bien sûr nous avions essayé sans RLB, mais nous avions alors observé que la formule sanguine continuait à chuter dangereusement.

En 1989, devant les attaques que subissait le Pr Beljanski, nous étions très inquiets de ne plus réussir à pouvoir nous procurer ces produits par des circuits dignes de la résistance. Nous avons alors écrit au Président de la République pour lui expliquer la situation et notre détresse. Nous n’avons reçu aucune réponse du Chef de l’État. Nous avions appris par la presse que M. François Mitterrand bénéficiait lui-même des produits Beljanski, qui, bien que pris très tardivement alors que son état de santé était des plus alarmants, lui ont permis d’aller jusqu’au bout de son mandat et même au-delà.

Tout cela est formidable et nous ne comprenons pas pourquoi ces produits de progrès ne sont pas encore à la disposition de tous les malades et remboursés par le Sécurité Sociale. Il est certain qu’une telle mesure participerait beaucoup à résoudre le déficit actuel de la Sécurité Sociale. Vincent à deux ans

Jamais nous n’aurions imaginé voir Vincent nous faire toutes ces bêtises qu’on pardonne à un enfant si sensible et si affectueux. Lui, qui ne mangeait rien, dévore et est même devenu plutôt rond. Il ne fauche pas des bonbons, mais du fromage et son bon cœur le conduit à souvent partager avec les chiens ou le chat. Vous pensez bien qu’il est l’idole de notre petit monde à quatre pattes. C’est un si gentil petit garnement que tout le monde l’adore. On dirait que toute cette souffrance qu’il a endurée lui donne quelque chose en plus de pathétique.

Aujourd’hui Vincent a un suivi médical qui se limite à une visite de contrôle deux ou trois fois par an. Tous ses paramètres sanguins sont bons. Cela fait neuf ans qu’il n’a plus aucun traitement. Vincent étant trisomique on ne peut pas parler de guérison, car chez ces enfants c’est extrêmement rare. Alors nous dirons avoir une grande espérance qu’il soit toujours en rémission et qu’il soit en pleine forme ainsi que vous pouvez le constater sur ces photos qui prouvent la vérité sur les résultats obtenus. Nous sommes heureux de savoir que tous les malades qui le souhaitent peuvent toujours profiter des médicaments mis au point par le Pr Beljanski et sans lesquels Vincent ne serait plus parmi nous. Merci à la famille Beljanski qui continue le combat de la reconnaissance des travaux du chercheur qui est décédé dans des conditions inhumaines. Quelle honte pour notre pays!

Vincent, 17 ans, “ Merci aux découvertes du chercheur Mirko BELJANSKI qui me permettent aujourd’hui de faire des stages « espaces verts ». C’est super ! Et de crier : VIVE LA VIE ! ”

Nous avons voulu savoir ce que Vincent était devenu. Nous avons appris qu’il était totalement guéri de sa leucémie aiguë myéloblastique dès l’âge de 7 ans, date à laquelle il a arrêté de prendre du Real Build de Beljanski puisqu’il était en parfaite santé. Cet enfant trisomique était condamné par les spécialistes et n’aurait jamais dû atteindre l’âge de 2 ans. Il a consommé au départ 2 doses de Real Build par semaine en synergie avec les traitements conventionnels. Plus tard, il a pu réduire à 1 dose par semaine. Cet enfant est devenu un solide gaillard qui vient de faire un stage CAT.

Il travaille et il est infatigable. Il fait même du karaté et aura 20 ans le 29 janvier prochain.


Témoignage Leucémie myéloïde aiguë

Le 30 juillet 1992, on m’a découvert une forme très grave de leucémie. Habitant à l’époque à St PRIM, j’étais parfaitement informé sur les travaux et découvertes du Professeur Mirko BELJANSKI et par l’intermédiaire d’un Médecin recommandé par l’Association CIRIS, j’ai eu la chance de pouvoir commencer à utiliser les produits Beljanski dès le mois d’ août 1992 (PAO V - GINGKO V - Real Build).

La maladie grave dont j’étais affecté a nécessité 2 ans de chimiothérapie très lourde à supporter. Par malchance, car j’ai eu une rechute précoce, un nouveau protocole de chimio m’a conduit à 8 mois de chambre stérile et le pire fut cette thrombose des veines du foie qui se bouchaient et ce sombre pronostic fit annoncé à ma famille par les Professeurs qui me suivaient, ma mort imminente. Je dois préciser avoir

complété les traitements Beljanski avec une autre démarche spirituelle, un travail sur les énergies et la visualisation de ma maladie, ainsi qu’une modification de mon régime alimentaire. Je conçois que ceci n’est pas évident pour tout le monde.

Avec 7 ans de recul, la médecine officielle s’est emparée un peu vite de mon incroyable résurrection puisque mon dossier médical est souvent mentionné dans des colloques internationaux. L’honnêteté intellectuelle devrait tenir compte de la synergie d’action entre les traitements officiels nécessaires mais très toxiques, associés à une protection obtenue avec les compléments alimentaire Beljanski diffusés aujourd’hui par « Natural Source » et qui est médicalement démontrée par mes analyses; tout ceci associé à un autre chemin personnel plus abstrait mais qui a aussi joué son rôle.

Dans une lettre datée du 23.10.1996, le Dr D.A. de la clinique du Mail de Lyon écrit : « Il est en rémission complète persistante ». Mon état général est excellent même si j'ai été victime des effets secondaires dus aux chimiothérapies.

Fin 1996, j’ai pu arrêter de prendre les produits Beljanski. À 43 ans, je suis un homme heureux qui s’est marié avec l’infirmière qui m’a principalement accompagné tout au long de ce parcours et avec laquelle j’ai eu 3 enfants. Voilà encore un autre miracle.