Témoignage cancer des ovaires et l'utérus métastasé aux intestins et à la vessie - Stade 3

Mars 2005 ma vie bascule, me voici à 53 ans atteinte d’un cancer des 2 ovaires, de l’utérus, j’ ai aussi des métastases au niveau des intestins et de la vessie.

Mon cancer est étiqueté : cystadénocarcinome de stade 3, le marqueur tumoral qui est le CA 125 est alors à 3677 ce qui est exceptionnelle- ment élevé. La norme étant de 0 à 35.

Je suis opérée 2 fois, en mars et en avril, j’ai ma première cure de chimiothérapie le 19 avril, celle-ci se passe très difficilement : Vomissements incoercibles, fatigue extrême avec une incapacité totale d’assumer les gestes quotidiens, je deviens totalement dépendante, je ne tiens plus debout et mon moral est au plus bas. Je perds 19 Kg en 1 mois et l’avenir me semble très sombre.

Sur les conseils d’une amie masseur kinésithérapeute, je découvre, et décide d’avoir recours aux molécules du professeur Beljanski que je commande aux USA à Natural Source. Je commence à les prendre le 23 avril.

Très vite après quelques jours de prises je commence à me sentir mieux, mes forces reviennent.

J’appréhende vivement la 2e cure de chimiothérapie, et miraculeusement celle-ci se passe sans aucun problème au grand étonnement des soignants, de mon amie venue de Rochefort sur Mer pour m’aider, et de moi-même.

Je fais immédiatement le lien entre mon amélioration et les compléments Beljanski.

Les 4 autres cures de chimio, se passent égale- ment remarquablement bien, je n’aurai qu’une légère aplasie médullaire à la 6e cure seulement.

Je prends les molécules Beljanski en toute transparence avec les Chirurgiens, et Cancérologues qui me suivent, ils reçoivent tous un dossier scientifique envoyé par le CIRIS.

Je précise être soignée à l’hôpital où j’ai exer- cé la profession d’infirmière pendant 28 ans ce qui facilite la communication et les échanges sur les découvertes de Mirko Beljanski, et ma crédibilité.

Beaucoup reconnaissent que mes résultats sont stupéfiants. 2 mois après la découverte de mon cancer, le CA 125 est à 37 et le scanner abdomino-pelvien s’est normalisé.

Aujourd’hui le CA 125 est à 12, le PETscann montre uniquement une image jugée suspecte sur ma vessie.

J'ai été opérée pour la 3e fois le mardi 29 novembre (coélioscopie) et je repars pour plusieurs cures de chimiothérapie que je n'appréhende pas grâce à la protection des produits « Beljanski ».

En conclusion : La Chirurgie associée à la chimiothérapie et à la prise des molécules Beljanski ainsi qu’une psychothérapie de soutien dont j’ai besoin, m’encouragent à garder l’espoir de vaincre ce cancer qui est très grave et à continuer pleine- ment mon projet de vie qui n’est pas achevé.

Une certitude m’anime, c’est celle de l’action produite par l’absorption des molécules Beljanski qui m’ont permis de vivre ces derniers mois dans la dignité et le confort.

La sélectivité d'action et la synergie avec les produits « Beljanski » et la chimiothérapie dont les effets étaient si indésirables à la 1ère cure ont fait un réel miracle. Je suis toujours debout, dynamique, et j’ai pu réaliser tous mes projets car aucun n’a été différé ou annulé à ce jour.

Je vous donne rendez-vous le 1er Dimanche de Septembre 2006 pour le prochain pique-nique du CIRIS et je vous invite à adhérer au CIRIS pour être informé sur les découvertes du Chercheur Mirko BELJANSKI.


Témoignage tumeur ovarienne stade 2

Hélène T., docteur en linguistique Docteur d’État des Lettres et Sciences Humaines

J’ai été opérée d'une tumeur ovarienne (stade 2) le 04.01.1994 à l'hôpital de NIORT (79).

Etant moi-même universitaire et engagée dans des recherches scientifiques, j'ai pris connaissance des recherches de M. BELJANSKI dans de nombreux articles publiés dans les revues scientifiques (127 étaient déjà parues en 1994 !).

J'ai également eu connaissance des tests réalisés par l'INSERM Paris, Marseille à l'hôpital Laennec Paris, service du Professeur ANDRIEU et par le prestigieux Walter Reed Army Institute of Research Rock-ville, USA.

Etant angliciste, les articles publiés à l'étranger m'étaient accessibles et m'ont convaincue de l'efficacité et de la non-toxicité de ces substances mises au point par le biologiste M. BELJANSKI.

J’ai donc décidé d’utiliser ces substances en synergie d’action avec les traitements conventionnels. Je suis en parfaite santé.

Aucun effet toxique, aucun effet secondaire sur mon organisme.

J'ai au contraire constaté une amélioration immédiate et prolongée dans les analyses effectuées tout au long des dix années suivantes, attestant une consolidation permanente de mon état de santé.

3 ans se sont écoulés et, à 85ans, ma santé est excellente. J'alterne les cures de PAO V FM et GINKGO V (2 gélules par jour pendant 3 mois, 2 fois par an).

Les échanges avec les personnes qui m'appellent pour m'entendre confirmer de vive voix ce témoignage sont très utiles, et me permettent de rappeler que l'alimentation est un facteur important.

Je leur précise que mon alimentation est uniquement biologique, saisonnière et locale et que la cuisson à la vapeur est recommandée.


Témoignage anonyme kyste important sur l’ovaire

Une opération a été décidée, en raison d’un kyste important sur l’ovaire droit (m’a-t’on dit). Elle a eu lieu le 9 septembre 1988, mas devant l’importance des dégâts cancer très avancé des ovaires et de l’utérus), le chirurgien s’est contenté de faire des prélèvements en vue d’analyses. Je joins à ma lettre le compte-rendu opératoire.

Le 22 novembre : 3ème séance. Les lendemains ont été spectaculaires, pas de nausées, perte de poids réduite 2 kilos, récupérés rapidement grâce à une alimentation normale dès le début.

Les 2èmes jours, je sortais faire mes courses au volant de ma voiture.

Le 12 décembre : 4ème séance. Effets aussi spectaculaires, marche, jardinage, etc…

Le 29 janvier : 5ème séance. Identique.

Le 1er mars : 6ème séance. Idem.

Les différents examens, radios, scanner, analyses, ont permis d’envisager une nouvelle opération. Elle a eu lieu le 9 septembre dans les meilleures conditions, avec ablation des ovaires, utérus,… Leurs analyses (jointes à la présente lettre) ont confirmé les constatations visuelles (mêlées d’étonnement) du chirurgien et de l’anesthésiste lors de l’opération.

Je me suis rétablie très rapidement après l’opération. Toujours suivie par le docteur, j’ai continué `` utiliser vos produits.

Si j’ai si bien supporté six séances de chimiothérapie, c’est bien grâce au traitement dont vous m’avez fait bénéficier.

J’en ai acquis la certitude, ayant douloureusement regretté au cours de mes séjours à l’hôpital, que les autres malades n’aient pas cette même chance.

Le personnel hospitalier a toujours été étonné par ma « super-forme ». Le professeur Labat, me faisant récemment part de sa satisfaction, m’a avoué « qu’au départ du traitement, il n’y croyait pas beaucoup ». Je vous renouvelle aujourd’hui ma profonde reconnaissance.


Témoignage cancer de l'ovaire droit et carcinome péritonéal de stade 3

Je tiens à renouveler mon adhésion pour cette année et je vous remercie pour le livre du Dr JANECEK qui est presque devenu mon livre de chevet.

En Février 2006, je rentrais en clinique d'urgence pour y être opérée de la vésicule biliaire. Mais malheureusement, des examens complets furent faits durant 10 jours et finalement j'ai été opérée le 1er Mars 2006 d'une tumeur à l'ovaire droit et une carcinose péritonéale fut diagnostiquée. J'étais déjà au stade 3. En effet, souffrant de ballonnements et de fatigue excessive, une fièvre à 38° presque tous les jours, les 2 médecins qui me suivaient (un généraliste et un acupuncteur) se contentaient de me dire que c'était sûrement dû à une intolérance alimentaire, au stress ou à la post ménopause ! J'avais 70 ans...

Lors de l'opération, le chirurgien trouve 2 litres de liquide dans mon abdomen ; tous les organes se "chevauchaient" et étaient compressés, d'où le ventre de plus en plus énorme, au point de ne plus supporter aucun vêtement.

Après l'opération, je me suis décidée à tenter le traitement Beljanski plus les probiotiques du

Laboratoire Pilège, comme indiqué sur le "Dialogue" que vous m'avez envoyé. Je connaissais le nom de BELJANSKI car comme Présidente d'une petite association santé, j'étais dans cette mouvance. Donc je pris sans discontinuer ces produits depuis le 13 Juin 2006 et je continue à ce jour. J'ai subi une opération de contrôle le 19 Octobre 2006 (laparotomie exploratrice) car le chirurgien m'avait expliqué initialement que devant les dégâts constatés, il ne pouvait tout enlever en une fois. J'ai accepté une chimio de 6 séances (5 effectuées) pour réduire les nodules avant la 2ème opération. Or, le 19 Octobre, le chirurgien vint à mon chevet, le lendemain pour me dire avoir été très étonné de n'avoir plus rien trouvé à enlever ! Il a refermé sur 34cm non sans avoir fait 5 prélèvements dans le bas-ventre. Sur les 5 sites, 3 ont été positifs avec seulement quelques rares cellules irrégulières que l'on est en train d'éradiquer en 3 petites séances.

Je continue les produits Beljanski. Tout au long de la maladie, les analyses ont toujours été bonnes au niveau globules rouges, blancs, et plaquettes. La chimio me fatigue durant 4 à 5 jours mais je soigne les crises d'urticaire (allergie) par l'homéopathie et je protège mes cellules hépatiques avec du Desmodium.

Je vous remercie pour le livre du Docteur Hervé JANECEK et le "Dialogue" où je puise de l'optimisme les jours de spleen ! rares mais ça arrive. Aussi je vous adresse mon témoignage. A ce jour, le marqueur protéine CA 125 est à 58. Au début j'étais à 4920 et à 520 après la 1ère opération. Je travaille sur le décodage bio- logique de mon cancer et j'ai réglé le conflit qui est à son origine à savoir soutenir pendant 40 ans ma mère neurasténique, vivre avec un mari à moitié fou et connaître le suicide de mon frère. Ça fait beaucoup !

Je tiens à souligner l'importance de l'hygiène de vie, de l'exercice et de la marche en particulier. Une alimentation sans gluten est salutaire pour éviter la putréfaction de la paroi intestinale.

Je pense avoir des chances de m'en sortir mal- gré le laxisme du corps médical "traditionnel".

Le 22 janvier 2007, l’oncologue m’a déclaré en rémission complète.


Témoignage cancer des ovaires condamnée à quelques mois de vie

Messieurs,

Je tiens à vous remercier pour votre article sur l'affaire Beljanski. Je déplore que vous n'ayez pas réagi plus tôt (...), car des milliers de malades souffrent et meurent tous les jours, dont des enfants. C'est vraiment dramatique et scandaleux surtout lorsqu’on connaît comme moi l'efficacité incroyable des produits Beljanski, et du très compétent docteur N., grâce à qui ma mère est en vie aujourd’hui.

Le 22 mars 1995, elle était en occlusion lorsqu'elle a été admise en clinique. Après quelques jours d'examens, le chirurgien décide de l'opérer le 28 mars 1995. L'opération devait durer plusieurs heures, mais il ne s'était écoulé que deux heures entre le moment de son départ et et l'arrivée du chirurgien qui annonça la terrible nouvelle : "Je suis désolé Madame, je ne peux rien faire pour votre maman ; elle est condamnée à quelques mois de vie, je n'ai pu que la soulager em lui enlevant l'ovaire droit et en lui faisant une stomie. Je pense que ce n'est pas la peine de faire de chimio, elle ne supporterait pas". (...)

C'est alors que je décide de me tourner vers la médecine "illégale". J'ai donc contacté le docteur N. qui q examiné ma mère le 2 mai 1995 ; sa conclusion : "Ne vous inquiétez pas, on va la sortir de là". Il lui a conseillé les produits Beljanski, et une chimiothérapie qu'elle a bien supportée malgré l'avis de la médecine officielle, et un traitement homéopathique.

Après 6 mois de chimio et toujours le traitement Beljanski, nous avons revu le chirurgien qui m'a simplement dit "Voyez la chimio a très bien fait son effet" sans autres commentaires, car il savait qu'en parallèle, j'allais voir le docteur N. Il avait simplement oublié que, quelques mois plus tôt, il ne m'avait même pas conseillé la chimio. Bref ! C'est un très bon chirurgien quand même. J'ai oublié de vous dire que ma mère vivait seule et qu'elle a continué sa vie pratiquement normalement.

Après six moi, on lui fit refaire un scanner et d'autres examens, le chirurgien décida de la réopérer, ce qui fut un étonnement pour nous car il n'avait jamais parlé de cette éventualité, mais le docteur N. nous rassura en nous disant : "S'il le fait, c'est très bien, c'est qu'il a constaté une grande amélioration". Après l'intervention qui eut lieu le 30/11/1995 (elle a duré 7h), il m'a déclaré : "J'ai pu travailler, il n'y a plus de nodules, et les grosses tumeurs restantes avaient diminué de moitié. (...) Votre maman a gagné une année ou peut-être deux années de vie".

Elle est resté pratiquement trois semaines aux soins intensifs et est sortie de clinique quelques jours avant Noël. Ce qui fut un grand bonheur pour nous, car au lieu d'avoir un enterrement, nous avions une renaissance "à fêter". (C'est le mot qu'il faut employer).

Au début de l'année 1996, le chirurgien l'a de nouveau examinée, il la trouva tellement bien qu'il décida de lui fermer sa stomie, ce qui fut fait le 17/01/1996. Depuis, elle va très bien et même beaucoup mieux car en plus elle a constaté que son arthrose a sérieusement diminué (coïncidence ? Peut-être...) ; elle a rajeuni de plusieurs années et fait plus de choses qu'avant...

Marie-Christine T. (fille de Yvonne L.)

[dt_default_button link="https://www.beljanski.info/synergie-d-action-chimiotherapie-radiotherapie/" button_alignment="default" animation="fadeIn" size="big" default_btn_bg_color="" bg_hover_color="" text_color="" text_hover_color="" icon="fa fa-chevron-circle-right" icon_align="left"]EN SAVOIR PLUS SUR L'APPROCHE BELJANSKI[/dt_default_button]


Témoignage cancer de l’Ovaire, utérus, péritoine, taches aux poumons et au foie

Au printemps 1996, je me sentais très fatiguée et chaque jour ballonnée jusqu’au jour où me baissant pour arracher une mauvaise herbe dans mon jardin, j’ai senti un éclatement dans mon ventre avec les pertes qui s’en sont suivies. Je téléphone immédiatement à ma Gynécologue qui me demande de la voir le soir même après ses consultations. Après examen et échographie, elle m’annonce que j’avais un carcinome ovarien avancé avec 952 de C.A.125.

L’étourdissement passé il faut se prendre en main, nous cherchons de suite un chirurgien pour une intervention rapide que nous n’obtenons que pour 3 semaines plus tard. Le 15 mai 1996, l’intervention qui débute à 7 heures du matin dure 4 heures, puis en salle de réveil, le corps médical est dans l’obligation de me reconduire au bloc opératoire : j’avais fait une hémorragie interne et je n’avais plus que 4 de tension artérielle. Après une nouvelle intervention je me retrouve en n dans ma chambre à 22 heures.

Après 15 jours d’hospitalisation suivis d’un mois de maison de repos, nous avons commencé la chimiothérapie. Après deux séances,

on m’annonce que la troisième n’est pas possible à cause d’une aplasie totale. Je contacte à nouveau le médecin prescripteur des produits Beljanski qui me demande de doubler la dose de Real Build, à la suite de quoi, j’ai vu ma forme revenir et on a pu continuer les séances de chimiothérapie toutes les trois semaines comme prévu. Par la suite, lors de ma quatrième chimiothérapie le cancérologue m’a dit « je ne sais pas comment vous faites avec tout ce que l’on vous met » ! (... comme poison). Je lui ai répondu que je le lui dirais lorsque je serais guérie. Au bout de six mois de chimiothérapie et un second « look », les médecins m’ont déclarée en rémission totale. C’est à ce mo- ment que j’ai demandé à mon cancérologue si je pouvais lui donner réponse à sa question précédente. Je lui ai annoncé que je le devais au professeur BELJANSKI et à ses produits. Sa réaction a été un haussement d’épaule. Etait- ce pour me dire qu’il le savait mais qu’il ne pouvait rien dire... ou qu’il n’y croyait pas ? La réponse de mon chirurgien était... « eh bien si vous croyez à la poudre de perlinpinpin... ».

En janvier 2011, alors que je me trouvais à nouveau fatiguée et avec beaucoup de problèmes digestifs ; je devais faire une IRM pour un suivi en continuité à la mutation génétique du BRCA1 et BECA2 de 1996. A la suite de cette IRM, on me diagnostique des ganglions au pancréas et au duodénum. Bien sûr il faut approfondir les examens et le monde s’écroule une seconde fois pour moi, lymphome non hodgkinien, il faut faire de la chimio...

Le 8 juin 2011, exérèse d’une adénopathie sus claviculaire gauche – adénopathie coeliomésentérique jusqu’à 2,5 cm et adénopathies médiastinales supérieures. Le tep scan, programmé le 17 juin 2011, montre des hyper xations ganglionnaires sus diaphragmatiques (cervicales, médiastinales et sous diaphragmatiques, coeliomésentériques sans atteinte viscérale ou osseuse).

Dès que j’ai entendu le mot « chimio », j’ai décidé de commencer sans tarder les produits Beljanski que je connaissais de longue date (1996) a n d’attaquer la maladie de face.

Tout se passait bien, les chimios avaient lieu régulièrement jusqu’à la 3ème et c’est alors que les effets secondaires ne se sont pas fait attendre. J’ai dû affronter une embolie pulmonaire, ce qui avait un peu retardé et modifié le traitement. Chaque jour, je pensais au Professeur BELJANSKI et je prenais mes précieuses gélules que j’avais dans mon tiroir.

Pour Noël, le traitement chimique était terminé et à ce jour, 30 novembre 2012, je prends toujours les gélules de PAO V FM + ROVOL V + GINKGO V chaque jour et un REALBUILD chaque semaine.

Je vous remercie pour ces pique-niques qui sont si sympathiques et surtout un grand merci au Professeur BELJANSKI et à ceux qui travaillent encore à toutes ces recherches.

Ensemble appuyons le C.I.R.I.S, avec toute notre reconnaissance et amicalement.


Témoignage carcinome ovarien

En janvier 1992, j’ai un mal de ventre persistant qui me pousse à consulter un gynécologue. Ce spécialiste après avoir procédé à des examens me rassure en me confirmant qu’il n’y a rien d’alarmant.

Deux mois plus tard, et devant la persistance des douleurs abdominales, je retourne consulter un chirurgien qui procède à des analyses plus complètes et devant le diagnostic confirmé d’un carcinome ovarien, il décide d’opérer début mai ; à cette occasion il procédera à une hystérectomie totale.

Alors que je débute ma 1ère chimiothérapie à la fin du mois de mai, je suis informée par une amie de l’intérêt des produits Beljanski. Après m’être renseignée auprès de l’Association CIRIS pour obtenir des documents sur Beljanski et auprès de "Natural Source" aux USA pour obtenir le nom d'un médecin connaissant la pratique de ces produits, c’est en juin que je le rencontrerai pour la première fois et qu’il me recommande d’utiliser pour mon cas le Real Build, le Rovol V et le PAO V.

En août 1992, le marqueur CA 125 est élevé : 329 ; et j’en suis à ma troisième chimiothérapie. Grâce à l’utilisation en synergie des traitements conventionnels des produits Beljanski, on observe une chute continuelle de ce marqueur.

En septembre, il aura significativement diminué à 173 alors qu’on constatera la présence de deux nodules inquiétants sur le foie.
Je poursuis avec rigueur mon traitement Beljanski, et de mai à décembre 1993 je subirai de très nombreuses séances de chimiothérapie que je supporterai relativement bien.

En octobre 1993, j’ai même dû être opérée d’un calcul à la vésicule biliaire.

En juillet 1993, le marqueur CA 125 devenait très satisfaisant à 39.

En juin 1994 il était, de 28, en décembre 1998 de 13, en février 1999 de 11,2 ce qui est dans la normale. Je suis en rémission complète. Selon un compte-rendu de l'hôpital, en date du 26.02.1999 : “Je n’ai aucun signe évolutif clinique”. En 2004 j’ai 71 ans et 12 ans après mes premiers symptômes je me sens très bien et je suis heureuse de pouvoir faire du bénévolat associatif et consacrer du temps pour m’occuper de ma petite-fille. Cette situation, je la dois au bon choix que j’ai su prendre très vite et au suivi médical sérieux du médecin compétent qui m'a suivi et que je remercie.


Témoignage cancer de l’ovaire

Après une longue période de stress, on me découvre, à 63 ans, un cancer de l’ovaire.

Au début, je refuse tout traitement « classique » me méfiant de la médecine officielle. Cependant quelqu’un de mon entourage me parle des produits « Beljanski ». Je lis les documents et je suis « un peu » convaincue.Après avoir perdu 6 mois, je me fais donc opérer et je commence les produits « Beljanski » en même temps que la chimiothérapie. Je n’avais plus rien à perdre car ce cancer, « très mauvais », avait gagné du terrain.

J’avais jusqu’à 5 l d’ascite dans le ventre et des nodules un peu par- tout. Après 3 mois de ce traitement, contrôle scanner, quelle surprise et quelle joie il n’y avait plus rien alors qu’après l’opération il restait un nodule sur l’intestin que je n’avais pas voulu opérer et du liquide dans la plèvre (poumon). Je dis au Médecin que j’arrête la chimio ; il s’affole me disant d’en faire au moins encore une (perfusion). Pour ne pas me fâcher trop avec lui, j’accepte la 5ème et la dernière.

Ce que je regrette car elle m’a bien fatigué inutilement. Depuis, tous mes scanners sont bons : 4 scanners tous les 6 mois (mon 1er remonte à janvier 2015 et nous sommes en juin 2017). Je continue toujours les produits « Beljanski ». Merci mon Dieu (je suis catholique) de m’avoir fait rencontrer quelqu’un qui connaît les produits Beljanski.


Témoignage tumeur ovarienne droite stade 3C

Au mois d'août 2005, je fais une simple visite chez ma gynécologue pour lui remettre les résultats d'une mamographie.

« Tout va bien ; mais puisque vous êtes là, me dit-elle, je vous examine et vous fais un frottis. (qui est revenu bon) ; Je vous fais une échographie des ovaires également » et là... une grosseur ! Un kyste ?

«Vous allez passer un scanner»... une boule de 8 cm sur l’ovaire ; l’intervention a duré 5 heures au centre anti-cancéreux Léon Bérard à Lyon : Carcinome ovarien — 1600 de CA125 ! Cancer stade 3C ! aucune douleur, aucun saigne- ment, aucune fatigue... le ciel m’est tombé sur la tête !

Après 15 jours d’hospitalisation, on me parle des produits Beljanski.

Je commence la chimiothérapie. Le médecin qui « m’aide » me recommande : 6 PAO V FM, 6 GINKGO V et 6 ROVOL V par jour et plus 1 cône de REAL BUILD la veille de la chimio.

D’ailleurs, à la 4ème séance on m’annonce que l’on ne pourra pas faire la chimio à cause d’une aplasie totale... j’avais oublié la veille le REAL BUILD!

Tout s’est bien déroulé, j’ai repris rapidement mon travail, je suis commerçante, et je vais très très bien.
J’ai eu la chance de pouvoir assister à New York à la conférence organisée par Mme BELJANSKI, sa fille et son gendre et c’était vrai- ment enrichissant et convainquant.

Je suis allée à Lyon en janvier der- nier rencontrer mon chirurgien, il a été stupéfait de voir ma vitalité et m’a dit d’arrêter les scanners (j’en passais tous les 3 mois !).

« Vous êtes une de mes plus belles réussites ! » m’a-t-il dit. J’ai pensé très fort : merci au professeur BELJANSKI !