Témoignage cancer du cerveau (astrocytome)

Témoignage réalisé le 17 Avril 2006 par Yves M, Ingénieur ESIM-ISBA.

Le 14/04/2005 mon épouse était admise d’urgence, à l’hôpital le plus proche de notre domicile, suite à de violentes migraines et nausées insupportables. Les examens pratiqués ont diagnostiqué un astrocytome de 6 cm de diamètre. Deux exérèses ont été pratiquées. Ces interventions ont été suivies d’une hospitalisation de 37 jours avec chimiothérapie.

Bien que poussée à l’extrême limite du possible, la deuxième exérèse n’avait pu permettre l’extraction de la totalité de la tumeur, en raison de son infiltration dans des lobes du tissu cervical. Pousser davantage l’intervention aurait été encore plus préjudiciable, à mon épouse, qui souffrait dorénavant d’une paralysie accentuée des membres du côté gauche.

Compte tenu du bon état nerveux général présenté par Marie Luce, selon la neurologue, il paraissait licite d’engager une chimiothérapie. Elle semblait cependant réservée sur l’efficacité du traitement proposé. Elle m’a en effet clairement exprimé son espoir, que ce traitement puisse retarder suffisamment l’avancée de la maladie (Oligodendrogliome pariétal droit), pour qu’elle puisse attendre, l’aboutissement favorable de recherches en cours. Lors d’un entretien ultérieur, elle me confirmait, tout en m’exhortant à garder courage, que l’espérance médiane de vie des patients subissant une cure combinée par irradiation, et par chimiothérapie était de 36 mois.

Entre temps, par relation nouée fortuitement lors d’un pélerinage, mon beau père, découvrait l’existence de la méthode Beljanski, et m’en informait.

Devant une discrète réticence de ma part, et aussi en raison des difficultés financières suscitées par la maladie prolongée de mon épouse, en l’occurrence ma principale collaboratrice de la société que nous avions créé ensemble, mon beau père commandait à New York les produits Beljanski. Ce traitement a débuté mi Juin 2005 (5 gélules de Pao V FM + 4 gélules de Ginkgo V par jour, accompagnées de deux doses de Real Build par semaine).

L’efficacité du traitement a pu être ressentie rapidement. La radiothérapie s’est tout de suite révélée particulièrement épuisante pour mon épouse qui avait des troubles visuels graves.

Au 06/07/2005, le traitement par irradiation devait être suspendu après une quinzaine de séances, suite à l’hospitalisation d’urgence de mon épouse, qui avait perdu connaissance au cours de son transfert vers le centre de radiothérapie de Mulhouse. Puis elle fut à nouveau transférée à l’hôpital Pasteur de Colmar pour y subir des examens approfondis. Le compte rendu établi à la suite de cette hospitalisation notait que : “Le scanner cérébral ne montre pas d’aggravation de la lésion tumorale.”

La radiothérapie reprit immédiatement… et mon épouse résignée, dû s’y résoudre, jusqu’à un quota de 33 séances (les 2 radioprotecteurs de Beljanski l’ont protégée). Elle ne supportait plus la lumière.

Notre moral était au plus bas. En effet si la tumeur n’avait pas évolué défavorablement, cela serait-il toujours le cas ? Les effets secondaires de la radiothérapie, méritaient-ils qu’on les supporte encore longtemps ?

Ayant besoin d’encouragements, nous contactions téléphoniquement à la fin du mois de Juillet la personne qui avait informé mon beau père de l’existence de la méthode Beljanski.