Témoignage Cancer de l’amygdale gauche

Cancer de l’amygdale gauche

Le 15 août 2005, j’ai consulté un médecin parce que je souffrais de la gorge. Celui ci diagnostiqua une simple angine blanche et me prescrira des antibiotiques.

Travaillant comme brancardier dans un grand hôpital, je côtoie, tous les jours, des Médecins devenus des amis. Constatant à ma gorge un ganglion important, l’un de ces Médecins m’invite à consulter un ORL. Celui-ci me remet sous antibiotique, rajoute de la cortisone, et me demande de le revoir à mon retour de vacances.

Nous partons 15 jours en vacances, la situation empire encore. A notre retour, je vais consulter et là, l’ORL me dit qu’il faut faire une biopsie pour avoir un diagnostic précis car le ganglion a double de volume. Après l’incompétence manifeste du Médecin consulté au départ, la mauvaise nouvelle tombera, le 2 janvier 2006 : cancer de l’amygdale gauche.

On me donne alors un bilan effrayant de traitements et d’effets secondaires invalidants qui me font fuir.

Informé sur l’existence des formules Beljanski. Aussitôt, à forte dose, je consomme 12 Pao pereira + 9 Rauwolfia vomitoria + 9 Ginkgo biloba et 2 fragments d’ARN par semaine. Natural Source m’a donné le nom d’un Médecin sur Toulouse. Il effectuera mon suivi et me conseillera.

Je vais revoir l’ORL que je connaissais et celui ci est très surpris des résultats positifs constatés.

Il n’y a aucune évolution défavorable… Je lui avoue avoir utilisé du Beljanski et je lui demande de m’orienter vers un spécialiste cancérologue pour obtenir un peu de radiothérapie.

Rendez-vous pris, on me proposera un protocole mixte de radiothérapie associé à 7 chimiothérapies sur 2 mois. J’accepte ce traitement puisque je serai protégé des effets secondaires grâce aux formulations du chercheur Beljanski.

A la première consultation au Centre Claudius Regaud (CCR), j’ai de suite dit au Médecin que je suivais la méthode Beljanski. Il me répondit : “je suis déjà au courant par le Chirurgien ORL mais vous n’êtes pas la première personne à prendre du Beljanski au CCR”. Ah ! fis-je l’air étonné, et comment ça se passe pour les personnes qui prennent ces produits ? Il me répondit : “Je dois avouer que cela se passe mieux pour eux que pour les autres qui n’en prennent pas”. Je suis parti rassuré.

En conclusion, je n’ai pas eu besoin de sonde et je n’ai pas perdu ma voix. Ma barbe et mes cheveux ont rapidement repoussé. J’avais la moitié de la nuque sans cheveux à cause de la radiothérapie. Le cisplatine ne fait pas tomber les cheveux. Je dois préciser que le lendemain de chaque chimio j’étais anéanti, vomissements, spasmes et moral à zéro. Mais cela serait normal car on m’avait injecté du cisplatine.

Vous dites dans le “Dialogue” n°4 page 43 que ce produit provoque des dégâts irréparables. Le 22 septembre à la consultation, le Médecin ne comprenait pas que j’avais repris du poids (4kg).

Il me dit : “normalement, avec le cisplatine, vous auriez dû perdre 10 à 15 kg en plus des 10 kg que vous aviez déjà perdus”. Autrement-dit : j’étais foutu. Vous dites encore dans “Dialogue” qu’il faut avoir le courage de refuser ce genre de protocole. Je l’aurais eu, ce courage, si j’avais été au courant des terribles effets secondaires avant.

Tout est redevenu normal et lors du contrôle du 22 septembre 2006, on m’a déclaré par 3 fois “Monsieur L., vous êtes guéri !”.

En 6 mois de synergie de radiothérapie et chimiothérapie, ça tient du miracle. Ma formule sanguine est redevenue normale. Fin décembre, on m’a contrôlé de nouveau et tout est parfait, on ne veut plus me revoir que tous les 6 mois pendant 5 ans.

Tout s’effondre dans la vie lorsque vous traversez une telle épreuve mais il fallait que je conserve l’espoir car j’avais décidé de prendre ma santé en mains et de faire le bon choix Beljanski.

C’est grâce à ces formules de progrès que j’ai pu m’en sortir, grandir et progresser dans l’épreuve de la maladie et puis pouvoir envisager de nouveaux projets dans un avenir redevenu bleu. J’ai repris mon poids, 75 kg.

Cette année je vais faire 55 ans, je vous envoie une photo récente pour vous prouver que je vais bien.

J’espère que mon témoignage aidera les personnes qui ont des problèmes de santé et leur donnera confiance dans ces produits qui m’ont sauvé la vie (en synergie avec les traitements classiques).

Merci au CIRIS, merci à Mirko BELJANSKI et sa famille.

Les gens qui l’ont connu ont croisé un ange, un vrai.

Toulouse, le 17/01/2007