Publication 2019 hyperplasie prostatique bénigne

Publication sur l'hyperplasie prostatique bénigne

Par Jiakuan Liu, Tian Fang, Meiqian Li, Yuting Song, Junzun Li, Zesheng Xue, Jiaxuan Li, Dandan Bu, Wei Liu, Qinghe Zeng, Yidan Zhang, Shifeng Yun, Ruimin Huang - Jun Yan.

Scientific Reports 9, 19703 (2019). Doi: 10.1038/s41598-019-56145-z. E pub Dec 23 2019.

 

L’Hyperplasie Prostatique Bénigne (HPB) est si commune et les discussions sur ses causes si fréquentes que nous pourrions nous attendre à ce qu'il y ait de bonnes alternatives pour rétrécir les prostates à leur taille normale et rétablir la miction à des valeurs normales. Les options habituelles pour le traitement de l'HPB font appel à plusieurs médicaments largement prescrits, qui travaillent à réduire la taille de la prostate. Malheureusement, ils induisent de nombreux effets secondaires désagréables. De nouvelles recherches montrent que l'extrait de plante Pao pereira, déjà connu pour son effet anticancéreux à large spectre, se révèle être une excellente alternative naturelle au traitement de l'HPB – tout aussi efficace et sans effets secondaires – que les options conventionnelles. L'étude a été menée à l'Université de Nanjing sous la direction du Dr Jun Yan.

L'extrait de Pao pereira se révèle être un régulateur des voies enzymatiques qui favorisent le développement de l'HPB. Le nouvel article intitulé "Pao Pereira Extract Attenuates Testosterone-Induced Benign Prostatic Hyperplasia in Rats by Regulating 5a-reductase"[1] explique que l'enzyme 5α-réductase convertit la testostérone en dihydrotestostérone (DHT) - une hormone plus active, déclenchant la prolifération des cellules de la prostate conduisant à l’HPB. En abaissant le niveau de la 5α-réductase l'extrait de Pao pereira réduit le niveau de DHT, supprimant ainsi le déclencheur de l'HPB.

L'étude confirme que l'extrait de Pao pereira supprime l'inflammation de la prostate en modulant le déséquilibre hormonal qui se produit chez les hommes âgés lorsque les niveaux de testostérone baissent et que la 5 α-réductase augmente le niveau de DHT. L'extrait est également efficace pour arrêter la surcroissance des cellules d'HPB dans la prostate en induisant l'arrêt du cycle cellulaire. Il abaisse notamment le niveau de récepteur d'androgène qui médiatise l'induction hormonale de l'HPB et réduit le niveau de PSA, le marqueur pour l'inflammation de la prostate et le cancer. En abaissant l'inflammation de la prostate, l’extrait de Pao pereira réduit le risque de progression vers le cancer de la prostate.

Les expériences ont été menées in vitro et in vivo. Aucun effet secondaire n'a été rapporté. Les données montrent que l'extrait de Pao pereira présente une réponse thérapeutique idéale pour l'HPB. Ce nouveau travail, venant compléter les recherches précédentes conduites pour la Fondation Beljanski, montre que le Pao pereira offre une réponse efficace à tous les stades des problèmes de la prostate, y compris l'inflammation chronique, le cancer et le cancer avancé de la prostate.

[1] « L’extrait de Pao pereira attenu la capacité de la testostérone à induire l’hyperplasie prostatique bénigne de la prostate en régulant la 5 α-réductase »


Publication sur l'excellent effet anti-cancer d'un nouveau mélange de thés verts

Publication sur l'excellent effet anti-cancer d'un nouveau mélange de thés verts

EC Nutrition 14.12 (2019): 01-13. https://www.ecronicon.com/ecnu/pdf/ECNU-14-00734.pdf

Importante découverte sur le cancer par The University of Kansas Medical Center et la Fondation Beljanski

Une étude récemment publiée par The University of Kansas Medical Center, analysant les effets anticancéreux de plusieurs thés bien connus, a montré que OnkoTea®, un nouveau mélange de thés verts, est particulièrement efficace pour inhiber la croissance de plusieurs lignées cellulaires cancéreuses. Ce mélange combine quatre thés verts différents : Ceylan Green, Bi Lou Chun, Gunpowder bio et Dragonwell.

Le potentiel anticancéreux de chacun de ces quatre thés verts a été initialement identifié par le Professeur Mirko Beljanski de l'Institut Pasteur à l'aide de l'Oncotest, un test qu'il a développé pour détecter le potentiel cancérigène ou anticancérigène de substances présentes dans notre environement. Pour les besoins de cette étude, l'activité anticancéreuse de l’OnkoTea® a été comparée à l'activité de plusieurs autres marques de thé populaires, dont Bigelow, Kusmi et Lipton. Les premiers tests ont comparé in vitro l'activité de ces thés sur plusieurs cellules cancéreuses du sein, dont une lignée cellulaire hautement métastatique. OnkoTea® était le plus efficace pour réduire le nombre de cellules cancéreuses du sein.

Des analyses complémentaires ont révélé qu’OnkoTea® était également efficace contre les cellules cancéreuses du foie et de la vessie et aussi tout particulièrement efficace contre quatre lignées cellulaires de cancer de la peau du mélanome. Les données montrent la viabilité des lignées cellulaires cancéreuses après exposition à des extraits de chacun des thés qui ont été testés avec OnkoTea® « montrant le meilleur effet inhibiteur ».

Les études ont été menées in vitro et testé une gamme de concentrations des thés (200, 400, 600 et 800 microgrammes par millilitre) à 24, 48 et 72 heures comme indiqué dans les images ci-dessous. Lignées de cellules cancéreuses testées : sein MCF-7, sein métastatique MDA-MB-231; HepG2 hépatique, vessie 5637, mélanome A375, UACC-257, SK-MEL-2, SK-MEL-5.

Publication scientifique thés verts

Publication scientifique thés verts anti cancerFigures : Valeurs IC50 des préparations de thé OnkoTea®, Lipton, Bigelow & Kusmi contre les cellules de mélanome. Les valeurs IC50 (µg / mL) ont été dérivées de la courbe de croissance, définie comme la concentration requise pour inhiber 50% de la viabilité cellulaire.

Les thés verts sont réputés pour leur activité anticancéreuse, mais cette nouvelle étude révèle l'activité très supérieure de l’OnkoTea®.

Les modèles actuels de cancérogenèse - comment le cancer débute – dénoncent une exposition progressive mais persistante aux cancérogènes présents dans notre environnement. Beaucoup de ces cancérogènes pénètrent dans nos cellules, se lient à notre ADN et endommagent sa structure. La chronicité de l’exposition aux cancérigènes induit une déstabilisation progressive de l'ADN. Petit à petit, la structure de l’ADN est altérée et les deux brins du duplex sont sporadiquement séparés, ce qui rend la cellule susceptible de devenir cancéreuse.

Mais si le cancer commence par une déstabilisation progressive de l'ADN, cette déstabilisation pourrait-elle être contrebalancée par la consommation régulière d'un mélange de thés verts aux effets anti-cancereux bien documentés ? Il faut des années de dommages répétés à la structure de l'ADN pour qu’ils induisent un cancer, et il est raisonnable d’envisager la consommation régulière d’une boisson aux effets anticancéreux comme faisant partie d'une stratégie de prévention.

 

Résumé de publication :

Les thés verts sont connus pour leurs effets antioxydants et anti-cancer. Nous voulions étudier comment différents thés pourraient affecter différemment la croissance de cellules cancéreuses. Ici, nous avons évalué 4 thés de grande consommation sur la croissance de plusieurs cellules cancéreuses : 3 thés verts et un thé noir, à savoir Bigelow Tea - Thé vert à la menthe (Bigelow), Kusmi Tea - Chinese Green Tea (Kusmi), OnkoTea® (mélange de 4 thé verts -Maison Beljanski), et Lipton Tea - Lipton Black Tea (Lipton).

 

Les tests ont porté sur des cellules cancéreuses du sein, de mélanome, de cancer du foie et de cancer de la vessie. Les résultats ont montré que :

  1. Les effets du thé sur la prolifération cellulaire dépendaient de la concentration. À concentrations faibles (<100 µg / ml), les 4 extraits de thé ont augmenté la viabilité cellulaire lors d'un traitement de 24h. L'augmentation de la viabilité cellulaire a diminué et des effets inhibiteurs ont été observés à mesure que la durée du traitement était prolongé. À une concentration plus élevée (200 à 800 µg / ml), les 4 produits de thé ont inhibé les cellules cancéreuses, avec OnkoTea® montrant le meilleur effet inhibiteur et le thé Lipton le plus faible.
  2. L'effet inhibiteur était dépendant de la lignée cellulaire. Les cellules de mélanome A375 ont montré la meilleure sensibilité au traitement OnkoTea®, qui héberge une mutation BRAF homologue. La lignée cellulaire de cancer de la vessie 5637 a montré une bonne sensibilité aux thés, tandis que la lignée cellulaire de cancer du foie HepG2 était la plus résistante de toutes les cellules testées.

 

Volume 14 Issue 12 Décembre 2019

©Tous Droits Réservés par Ping Chen and Qi Chen

Cliquez l’hyperlien ci-dessous afin d’accéder à la publication

Effects of Different Tea Products on the Growth of Cancer Cells

Si vous avez des questions sur notre recherche sur le cancer ou si vous souhaitez parler à un membre de la Fondation Beljanski pour en savoir plus, veuillez envoyer un courriel à info@beljanski.org ou appelez-nous au +1 646-808-5583.