Le cancer du foie : une maladie à la hausse, mais voici quelques bonnes nouvelles !

Avec plus de 800 000 personnes diagnostiquées chaque année dans le monde, l’incidence et les taux de mortalité du cancer du foie sont en hausse.
En France, entre 1980 et aujourd’hui, on constate une augmentation du cancer du foie de plus de 200% chez les femmes et de plus de 175% chez les hommes.(1) En 2018, le nombre de cas de cancer du foie était estimé à 8 150 chez l’homme et à 2 430 chez la femme (80% contre 20%).(2)
Le cancer du foie est également l’un des cancers les plus agressifs et au plus faible taux de survie.

Facteurs de risque


Les facteurs de risque comprennent l’infection chronique et la cirrhose par le virus de l’hépatite B humaine et le virus de l’hépatite C humaine, la stéatose hépatique et le diabète, la cirrhose alcoolique, ainsi que l’exposition aux aflatoxines et à l’acide aristolochique. Rien qu’en France, environ 200 000 personnes sont atteintes de cirrhose, dont 30% ont atteint le stade sévère de la maladie. On estime à 10 000 à 15 000 le nombre de décès qui lui sont associés chaque année. Le diagnostic survient en moyenne à l’âge de 50 ans.

Actuellement, la résection chirurgicale reste le traitement de première intention, mais le cancer revient chez environ 70 % des patients.(3)

À elle seule, la stéatose hépatique non alcoolique, c’est-à-dire l’accumulation d’un excès de graisse dans le foie en l’absence d’abus d’alcool, touche entre 30 et 40 % de la population des États-Unis(4) et plus de 20% de la population française, où environ 220 000 personnes auraient une fibrose avancée pré-cirrhotique ou une cirrhose. Des projections estiment que ce nombre va plus que doubler d’ici à 2030, et que les complications de cirrhose ainsi que les carcinomes hépatocellulaires liés à la stéatose hépatique non alcoolique vont tripler à cet horizon.(5)

Comment se développe une telle épidémie ?

Les premiers responsables sont tous les produits chimiques synthétiques, les pesticides, les métaux lourds, le tabagisme passif et les émissions industrielles, qui sont devenus notre « environnement naturel ». Notre corps est conçu avec ses propres systèmes de détoxification et ne devrait pas avoir besoin d’aide supplémentaire.  En effet, il se désintoxique naturellement dans une certaine mesure : le foie – un organe de trois livres niché juste sous la cage thoracique – est chargé de désintoxiquer le corps, de nettoyer le sang et de combattre les infections.  Mais dans le monde pollué d’aujourd’hui, il ne peut pas toujours faire face seul à la quantité de molécules nocives qu’il rencontre.

Si l’on ajoute à ce fardeau toxique les effets néfastes des plombages dentaires au mercure, des médicaments toxiques, de la consommation d’alcool, de la sédentarité et d’une alimentation pauvre en sucre et en OGM, il est clair que les pouvoirs détoxifiants du foie sont mis à rude épreuve comme jamais auparavant.

Voilà pour les mauvaises nouvelles. Maintenant, les bonnes nouvelles… plusieurs d’entre elles !

Vous pouvez être proactif avec la santé de votre foie, avec un certain nombre d’ingrédients qui sont bénéfiques pour la santé du foie.

Mais d'abord, la désintoxication !

Nous devons soutenir les systèmes de détoxification de notre corps autant que possible. La désintoxication consiste à éliminer les toxines nocives qui s’accumulent dans votre corps au fil du temps. Lorsqu’elle est intégrée à votre mode de vie, une détoxification saine peut être une stratégie efficace pour la santé globale et la gestion des maladies. La N-acétyl cystéine aide votre foie à créer son propre glutathion, pour favoriser la régénération du foie, tandis que l’acide alpha lipoïque, un antioxydant naturel produit par l’organisme, est un allié puissant contre les maladies du foie. Le sélénium, un minéral, peut aider à recycler le glutathion, tandis qu’il a été démontré que le chardon marie (riche en puissants composés phytochimiques qui combattent les maladies du foie par de multiples méthodes d’action) augmente de 35 % les niveaux de glutathion dans le foie.

Cela ressemble à une longue liste de pilules et vous n’êtes pas sûr de la quantité que vous devriez prendre ? Certaines formules holistiques comme « Lovaliver » offrent un soutien complet de la santé du foie « tout en un ».

Les thés verts ne sont pas tous égaux


Depuis 1999, la Fondation Beljanski s’est associée à des institutions universitaires pour rechercher des moyens naturels de lutter contre le cancer. Au Kansas University Medical Center, l’activité anticancéreuse d’un mélange de thés sélectionnés par le Dr Beljanski lui-même (OnkoTea®) a été comparée à celle de plusieurs marques populaires.  In vitro, l’OnkoTea® a été le meilleur pour réduire le nombre de cellules du cancer du sein, y compris une lignée cellulaire hautement métastatique. L’OnkoTea® s’est également révélé efficace contre les cellules cancéreuses du foie et de la vessie. Il a aussi montré une activité impressionnante contre quatre lignées de cellules cancéreuses de mélanome de la peau.(6)

Les super-probiotiques sont des super-combattants

La supplémentation en probiotiques est une voie très prometteuse lorsqu’il s’agit de réduire les dommages causés au foie par les médicaments. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui soutiennent les bactéries « amies » du microbiome intestinal.

Ce dernier aide à traiter les fibres, à décomposer les glucides et à produire des vitamines.   Le rôle du microbiome intestinal est important dans le maintien de notre santé, dans notre système immunitaire et notre humeur. Ce rôle est désormais bien documenté. Selon une étude animale menée à l’Université Tufts, les bactéries bénéfiques du tractus intestinal pourraient diminuer l’activité des molécules pro-inflammatoires et réduire l’expression des acides gras dans le foie.(7) D’autres études ont montré qu’une supplémentation en Lactobacillus rhamnosus GG – une souche communément utilisée dans de nombreuses préparations probiotiques en vente libre – peut aider à réduire les dommages au foie résultant des effets toxiques de l’acétaminophène.(8)

Cependant, toutes les préparations probiotiques en vente libre ne sont pas égales.  Il faut en choisir une qui incorpore des spores, pour permettre aux bactéries de survivre à l’environnement acide de l’estomac et d’arriver vivantes et en bonne santé dans le tractus intestinal, prêtes à apporter leurs bienfaits. Certaines marques, comme « Digestive Harmony », vont plus loin et vous offrent tout en un : probiotiques avec spores, extraits botaniques et enzymes.

Le Ginkgo doré aide à la régulation des enzymes hépatiques et de la fibrose


Préparé uniquement à partir de feuilles dorées, qui ne sont disponibles qu’en automne, et extrait selon une méthode particulière mise au point et brevetée par le Dr Mirko Beljanski (1923-1998), l’extrait de Ginkgo doré est totalement différent des préparations de Ginkgo habituelles que l’on trouve sur le marché, car elles sont généralement extraites de feuilles vertes. Les feuilles vertes ne présentent pas les mêmes avantages et composants que les feuilles dorées.(9,10)

De multiples expériences scientifiques menées par le Dr Mirko Beljanski ont montré que son extrait original de Ginkgo biloba aide à réguler les enzymes du foie, dont les ribonucléases, qui sont responsables de la fibrose cutanée.(11)

La fibrose tissulaire est considérée comme un symptôme révélateur de la cirrhose du foie, qu’elle soit due à l’alcool ou non.

Pao pereira et cancer du foie.

Le Pao pereira (Geissospermum vellosii) est un arbre originaire d’Amérique du Sud, où il est utilisé en médecine traditionnelle pour combattre un grand nombre d’affections. L’écorce de l’arbre produit un extrait dont la molécule active est identifiée comme la flavopéréirine.

Le Dr Mirko Beljanski a découvert qu’un extrait de Pao pereira riche en flavopéréirine présentait un effet anticancéreux à large spectre et non toxique.(12) Les recherches plus récentes de la Fondation Beljanski ont démontré que l’extrait de Pao pereira riche en flavopéréirine de Beljanski est efficace contre tous les stades du cancer, y compris les états inflammatoires chroniques précancéreux, les cancers de stade précoce et intermédiaire, même lorsque la maladie est avancée et métastatique. Plus récemment, et indépendamment de la Fondation Beljanski, des chercheurs de Taïwan ont étudié les bienfaits de la flavopéréirine sur le cancer du foie.(13)

Ils ont conclu que la flavopéréirine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du foie grâce à plusieurs voies cumulatives (arrêt du cycle cellulaire, apoptose et expression de protéines liées à l’autophagie).  Bien que l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose soient des attributs de la flavopéréirine déjà bien documentés, l’autophagie, un processus catabolique qui contribue à l’homéostasie du foie dans des conditions normales et de stress, devrait jouer un rôle crucial dans le traitement du cancer du foie.

Mirko Eprouvette portrait ©The Beljanski Foundation, Inc.

Références


    1. https://www.sudouest.fr/2016/10/26/cancer-le-nombre-de-malades-a-explose-en-france-2547976-4696.php?nic
    2. https://www.snfge.org/content/cancer-du-foie-chc
    3. https://www.curetoday.com/view/in-early-recurrent-liver-cancer-surgery-and-radiofrequency-ablation-spark-similar-survival-benefits
    4. https://www.niddk.nih.gov/health-information/liver-disease/nafld-nash/definition-facts
    5. https://www.snfge.org/content/steatose-hepatique-non-alcoolique-nafldnash
    6. Effects of Different Tea Products on the Growth of Cancer Cells. Ping Chen and Qi Chen. EC NUTRITION. Published: November 21, 2019
    7. https://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247(18)30485-6
    8. https://www.naturalhealth365.com/probiotics-nutrition-news-2623.html
    9. M. Beljanski, « The Regulation of DNA Replication and Transcription. The Role of Trigger Molecules in Normal and Malignant Gene Expression ». EVI Liberty (2003), (First Edition: Experimental Biology and Medicine, vol.8, Karger -1983), pp. 11-15.
    10. Nordau, M. Beljanski, “Un Novateur en Biomédecine”, Evi Liberty Corp, New York, 2000, p. 118.
    11. J.E. Causse, T. Nawrocki, M. Beljanski, « Human Skin Fibrosis RNase Search for a Biological Inhibitor-Regulator« . Deutsche Zeitschrift für Onkologie, 26, 5, 1994, pp. 137-139.
    12. BELJANSKI  “The anticancer Agent PB-100, Selectively Active on Malignant Cells, Inhibits Multiplication of Sixteen Malignant Cell Lines, even Multidrug Resistant“. Genetics and Molecular Biology 2000, vol 23 nº1, pp. 29.
    13. Flavopereirine Inhibits Hepatocellular Carcinoma Cell Growth by Inducing Cell-cycle Arrest, Apoptosis, and Autophagy-related Protein Expression- SAN-YUAN CHEN and Al. ANTICANCER RESEARCH 40: 6907-6914 (2020) doi:10.21873/anticanres.14714
Fournisseur exclusif de Pao Pereira, Rauwolfia Vomitoria, extraits de Ginkgo Biloba, thés et fragments d'ARN utilisés par la Fondation Beljanski pour la recherche scientifique. Découvrir X