cellules souches cancéreuses

Nouvelles découvertes sur les cellules souches cancéreuses

Le cancer est une maladie extrêmement difficile car très compliquée à éradiquer.

Les traitements de chimiothérapie, de radiothérapie et de chirurgie peuvent tuer les cellules cancéreuses et réduire la taille de tumeurs, et entrainer une rémission mais pas une guérison. Malgré une rémission pouvant durer des mois voire des années, certaines cellules cancéreuses (cellules souches du cancer) peuvent survivre au traitement et se réanimer, se propager et former de nouvelles tumeurs. Tel est le processus redouté de récidive du cancer. Si le cancer n’est pas complètement éradiqué, il persiste et le scénario se reproduit. Ainsi, une série de traitements contre le cancer peut entraîner une rémission parfois suivie d’une autre récidive. Le cycle se répète généralement avec des rémissions plus courtes et des récidives plus agressives. Étant donné le rôle fondamental des cellules souches cancéreuses dans la récurrence du cancer, il est urgent de trouver des agents capables de détruire ces cellules souches cancéreuses.

[ultimate_heading main_heading="Action des souches cancéreuses" spacer="line_with_icon" spacer_position="middle" line_height="3" line_color="#3db3ef" icon="Defaults-chevron-down" icon_size="18" main_heading_style="font-weight:bold;" main_heading_font_size="desktop:40px;mobile_landscape:30px;" main_heading_line_height="desktop:50px;mobile_landscape:40px;" sub_heading_font_size="desktop:22px;" sub_heading_line_height="desktop:34px;" line_width="150" el_class="accent-border-color accent-icon-color"][/ultimate_heading]
[ultimate_heading main_heading="Resumé" spacer="line_with_icon" spacer_position="middle" line_height="3" line_color="#3db3ef" icon="Defaults-chevron-down" icon_size="18" main_heading_style="font-weight:bold;" main_heading_font_size="desktop:40px;mobile_landscape:30px;" main_heading_line_height="desktop:50px;mobile_landscape:40px;" sub_heading_font_size="desktop:22px;" sub_heading_line_height="desktop:34px;" line_width="150" el_class="accent-border-color accent-icon-color"][/ultimate_heading]

Les extraits Beljanski inhibent les cellules souches cancéreuses à l’origine des récidives

Plusieurs études ont montré que deux extraits naturels et non toxiques, le Pao pereira et le Rauwolfia vomitoria, sont actifs contre de nombreux cancers. Cette nouvelle recherche a prouvé que les extraits sont également efficaces contre les cellules souches du cancereuses (CSC).

Les Cellules Souches Cancéreuses (CSC) peuvent être identifiées in vitro sous la forme de grappes de cellules appelées sphéroïdes. Ces deux extraits naturels ont complément éliminer ces sphéroïdes. Les CSC peuvent aussi être distinguer des cellules cancéreuses primaires grâce à des marqueurs de surface cellulaire. Les études ont démontré que les deux extraits Beljanski réduisaient de manière significative le nombre de cellules souches du cancer du pancréas identifiées à l’aide de marqueurs de surface cellulaire. Les cellules souches du cancer sont également définies par leur capacité à former des tumeurs in vivo. Pour être efficace, un agent anti-CSC doit réduire le taux de formation des tumeurs. Les deux extraits ont passé ce test critique, inhibant de manière significative la tumorigénicité des cellules souches du cancer du pancréas.

Les extraits de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria suppriment sélectivement l’activité des cellules souches cancéreuses. Les données indiquent un effet puissant des deux extraits dans le traitement du cancer et dans la prévention des récidives du cancer.

[ultimate_heading main_heading="Résultats des études publiées par Kansas University Medical Center" spacer="line_with_icon" spacer_position="middle" line_height="3" line_color="#3db3ef" icon="Defaults-chevron-down" icon_size="18" main_heading_style="font-weight:bold;" main_heading_font_size="desktop:40px;mobile_landscape:30px;" main_heading_line_height="desktop:50px;mobile_landscape:40px;" sub_heading_font_size="desktop:22px;" sub_heading_line_height="desktop:34px;" line_width="150" el_class="accent-border-color accent-icon-color"][/ultimate_heading]

Les résultats positifs d’une nouvelle recherche scientifique réalisée par le Kansas University Medical Center sur les Cellules Souches Cancéreuses (CSC) du Pancréas ont récemment été publiés dans la revue Integrative Cancer Therapies et dans la revue Oncology Reports. Ces études ont démontré que les extraits naturels de Pao pereira et de Rauwolfia vomitoria inhibent les cellules souches cancéreuses du pancréas et donc qu’il est actif dans le cadre d’un traitement de prévention d’une rechute.

[ultimate_heading main_heading="Pao pereira" spacer="line_with_icon" spacer_position="middle" line_height="3" line_color="#3db3ef" icon="Defaults-chevron-down" icon_size="18" main_heading_style="font-weight:bold;" main_heading_font_size="desktop:40px;mobile_landscape:30px;" main_heading_line_height="desktop:50px;mobile_landscape:40px;" sub_heading_font_size="desktop:22px;" sub_heading_line_height="desktop:34px;" line_width="150" el_class="accent-border-color accent-icon-color"][/ultimate_heading]

Traitement cellules souches cancer
Traitement cellules souches cancer

Etude In vitro : action du Pao pereira sur des cellules souches cancéreuses du pancréas

Activité du Pao pereira et du Rauwolfia vomitoria sur les cellules souches cancéreuses du pancréas PANC-1 à des dosages ≤ 200 µg/ml. Lors de l’étude In vitro (voir graphique ci-dessous), l’extrait de Pao pereira a réduit de manière significative la population des cellules souches cancéreuses du pancréas.

Au 6eme jour (Graphique A), le taux de formation des tumeurs dans le groupe témoin atteint 80%, alors qu’il n’est que de 10% dans le groupe traité avec le Pao pereira. Au 20ème jour, jour d’arrêt du traitement, toutes les souris du groupe témoin ont des tumeurs sur les deux flancs (tumeurs formées à 100%), alors que pour le groupe traité avec le Pao pereira le taux de formation n’est que de 30%. En comparaison avec groupe témoin, le Pao pereira a eu un effet positif sur la formation et la croissance des tumeurs (Graphique B). L’effet inhibiteur du Pao pereira sur la croissance des tumeurs a même était observé après la fin du traitement.

L’étude conclu que l’extrait de Pao pereira diminue les signaux qui déclenchent les propriétés des CSS à s’auto reproduire, réduisant ainsi les risques de réapparition du cancer.

Les recherches menées par le Kansas University Medical Center ont conclu que l’extrait de Pao pereira est très prometteur dans le traitement des CSC pancréatiques et est un composant essentiel des traitements qui amèneront à une cure réelle du cancer.

Publication : Extract of the Medicinal Plant Pao Pereira Inhibits Pancreatic Cancer Stem-Like Cell In Vitro and In Vivo. Dong, P. Chen and Q Chen. Integrative Cancer Therapies. July 2018.
https://doi.org/10.1177/1534735418786027

[ultimate_heading main_heading="Rauwolfia vomitoria" spacer="line_with_icon" spacer_position="middle" line_height="3" line_color="#3db3ef" icon="Defaults-chevron-down" icon_size="18" main_heading_style="font-weight:bold;" main_heading_font_size="desktop:40px;mobile_landscape:30px;" main_heading_line_height="desktop:50px;mobile_landscape:40px;" sub_heading_font_size="desktop:22px;" sub_heading_line_height="desktop:34px;" line_width="150" el_class="accent-border-color accent-icon-color"][/ultimate_heading]

Des expériences in vitro montrent que Rauwolfia vomitoria réduit le nombre de cellules souches du cancer du pancréas dans différentes lignées cellulaires (voir la figure ci-dessous). Le nombre de cellules souches du cancer du pancréas diminue proportionnellement à l’augmentation de la dose de Rauwofia vomitoria.

Encore plus spectaculaires, les résultats in vivo montrent que Rauwolfia vomitoria inhibe la capacité des CSC à favoriser la formation et la croissance de nouvelles tumeurs pancréatiques. Les graphiques ci-dessous illustrent, la capacité du Rauwolfia vomitoria à inhiber de manière significative le taux de formation de tumeurs (C) et la taille des tumeurs formées (D).

Publication : Inhibition of Pancreatic Cancer Stem Cells by Rauwolfia vomitoria extract.
Dong, P. Chen and Q Chen. Oncology Reports. September 2018.
https://doi.org/10.3892/or.2018.6713


Hypertrophie prostatique : essai pré-clinique

Hypertrophie prostatique : essai pré-clinique

A la suite de l’étude du Rauwolfia vomitoria et du Pao pereira. Les travaux de recherche effectués par le laboratoire du Dr AARON KATZ à Columbia University Medical Center ont montré que ces deux extraits avaient non seulement un effet positif sur les cellules cancéreuses mais ont également un effet anti-inflammatoire sur la prostate humaine.

Le Dr Katz a souhaité aller plus loin, en étudiant l’effet anti inflammatoire sur 42 patients présentant des taux élevés d’antigène prostatique spécifique (en moyenne 8 à 10 sur l’échelle PSA) et ne présentant pas de cancer.

Qu’est-ce que l’inflammation ?

L’inflammation est le signe que notre système immunitaire a répondu à une lésion des tissus, une infection, un composé toxique, au stress, etc….

Les signes que notre corps à lancer le processus de réparation se traduit le plus souvent par des rougeurs, des boursouflures et de la fièvre.

Quand la cause de l’inflammation persiste, la réponse est alors continuellement déclenchée, rendant la condition chronique.

 

Hypertrophie prostatique : inflammation chronique de la prostate

L’inflammation chronique de la prostate est fréquente chez les hommes d’un certain âge. La prostate a tendance à s’élargir et provoquer des troubles urinaires potentiellement graves.

Cette condition s’appelle HBP (Hyperplasie Bénigne de la Prostate), des millions d’hommes en souffrent et il n’existe hélas pas de remède définitif et sans effets secondaires.

 

Un essai préclinique avec les extraits Beljanski et Hypertrophie prostatique

L’activité anti-cancer à large spectre des extraits Pao pereira et Rauwolfia vomitoria a été prouvée par de nombreuses études scientifiques françaises et américaines et par différentes équipes de recherches. Suite à ces recherches le Dr Katz lance avec son équipe un essai préclinique et enrôle 42 patients.

 

Dr Katz a fait une observation étonnante : les hommes ayant des problèmes urinaires causés par l’HBP, et qui ont reçu une combinaison de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria, ont constaté une amélioration spectaculaire de leur condition.

 

Ces résultats montrent que les deux extraits présentent une activité anti-inflammatoire sur la prostate et réduisent la taille de celle-ci, ce qui permet aux patients de retrouver une miction normale.

 

En addition de l’effet anti-inflammatoire, les hommes utilisant une combinaison de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria pour l’HBP, profitent par la même occasion de leurs effets anti-cancer. Le cancer de la prostate reste de loin le plus fréquent chez l’homme. Les prévisions sont en hausse constante.

 

Pour en savoir plus sur cet essai pré-clinique : recherche cancer prostate


cellules souches cancéreuses

Nouvelle découverte sur les cellules souches cancéreuses

Définition des cellules souches cancéreuses (CSC) : Les CSC représentent la partie infime de l’ensemble des cellules d’une tumeur qui survit aux thérapies. Alors que la plupart des cellules cancéreuses sont détruites par les traitements anti-cancer, les CSC survivent, se propagent et relancent la croissance tumorale. Les CSC font aussi référence aux « Cancer Stem like » parce qu’elles prolifèrent de la même façon que les cellules souches normales impliquées dans la répartition des tissus, mais contrairement aux cellules souches normales sont cancéreuses et chimio-résistantes.

Action des souches cancéreuses

cellules souches cancéreuses

Etude In vitro : action du Pao pereira sur des cellules souches cancéreuses du pancréas

Activité du Pao pereira et du Rauwolfia vomitoria sur les cellules souches cancéreuses du pancréas PANC-1 à des dosages ≤ 200 µg/ml. Lors de l’étude In vitro (voir graphique ci-dessous), l’extrait de Pao pereira a réduit de manière significative la population des cellules souches cancéreuses du pancréas. Cette étude a démontré que l’extrait naturel de Pao Pereira inhibe les cellules souches cancéreuses du pancréas et diminue l’aptitude des cellules souches cancéreuses à s’auto reproduire, réduisant ainsi les risques de réapparition du cancer. Aucune autre molécule à ce jour n’a démontré une telle activité.

Etude scientifique sur les cellules souches cancéreuses du pancréas

Cette étude a démontré que l’extrait naturel de Pao Pereira inhibe les cellules souches cancéreuses du pancréas et diminue l’aptitude des cellules souches cancéreuses à s’auto reproduire, réduisant ainsi les risques de réapparition du cancer. Aucune autre molécule à ce jour n’a démontré une telle activité.

résultat etude scientifique sur cellules souches cancer

Au 6eme jour (Graphique A), le taux de formation des tumeurs dans le groupe témoin atteint 80%, alors qu’il n’est que de 10% dans le groupe traité avec le Pao pereira. Au 20ème jour, jour d’arrêt du traitement, toutes les souris du groupe témoin ont des tumeurs sur les deux flancs (tumeurs formées à 100%), alors que pour le groupe traité avec le Pao pereira le taux de formation n’est que de 30%. En comparaison avec groupe témoin, le Pao pereira a eu un effet positif sur la formation et la croissance des tumeurs (Graphique B). L’effet inhibiteur du Pao pereira sur la croissance des tumeurs a même était observé après la fin du traitement.

L’étude conclu que l’extrait de Pao pereira diminue les signaux qui déclenchent les propriétés des CSS à s’auto reproduire, réduisant ainsi les risques de réapparition du cancer.

Les recherches menées par le Kansas University Medical Center ont conclu que l’extrait de Pao pereira est très prometteur dans le traitement des CSC pancréatiques et est un composant essentiel des traitements qui amèneront à une cure réelle du cancer.

Cette recherche a été sponsorisée par la Fondation Beljanski, une entité américaine à but non lucratif, basée à New York.

Publication : Extract of the Medicinal Plant Pao Pereira Inhibits Pancreatic Cancer Stem-Like Cell In Vitro and In Vivo. Dong, P. Chen and Q Chen. Integrative Cancer Therapies. July 2018.
https://doi.org/10.1177/1534735418786027


Research Genetic Cancer Center (RGCC) et les extraits Beljanski

Le Research Genetic Cancer Center (RGCC), un laboratoire de recherche génétique dont le siège est situé en Grèce, a développé un test rapide.

RGCC a breveté une membrane capable de capturer des cellules malignes à partir d'un simple échantillon de sang. Puis les cellules malignes récupérées dans l'échantillon de sang sont comparées avec des agents anticancéreux connus afin de proposer le traitement le plus adapté. Terminé les suppositions et les faux-espoirs ! Initialement créé pour permettre aux oncologues de sélectionner le traitement de chimiothérapie qui sera le plus efficace contre chaque cancer spécifique, il permet également aux autres praticiens de déterminer la meilleure approche naturelle pour traiter le cancer.

Au Japon, où ce test est régulièrement prescrit, il a permis de déterminer qu'un mélange spécifique d'extraits de Pao pereira, de Rauwolfia vomitoria et de Ginkgo biloba doré pouvait induire l'apoptose (mort) des cellules cancéreuses pour de nombreux patients souffrant de différents types de cancer. Un médecin japonais a eu la gentillesse de partager ses données avec la Fondation Beljanski.


rapport_anatomie prostate

EFFET ANTI-INFLAMMATOIRE DES EXTRAITS DE PAO PEREIRA ET RAUWOLFIA VOMITORIA

 

EFFET ANTI-INFLAMMATOIRE DES EXTRAITS DE PAO PEREIRA ET RAUWOLFIA VOMITORIA

 

Information

 

rapport_anatomie prostateL'activité anti-cancer à large spectre des extraits Pao pereira et Rauwolfia vomitoria a été prouvée par de nombreuses études scientifiques françaises et américaines. Les travaux de recherche effectués par le laboratoire du Dr Aaron Katz à Columbia University Medical Center ont montré que ces deux extraits ont également un effet anti-inflammatoire sur la prostate humaine.

L'inflammation est la réponse normale du corps aux lésions des tissus, infections, composés toxiques, stress et autres facteurs. Boursouflures, rougeurs et fièvres sont autant de manifestations de cette réponse au moment où les cellules du système immunitaire atteignent les tissus affectés pour combattre l'infection et lancer le processus de réparation. Quand la cause de l'inflammation persiste, la réponse est alors continuellement déclenchée, rendant la condition chronique.

L’inflammation chronique de la prostate est fréquente chez les hommes d’un certain âge. La prostate a tendance à s’élargir et provoquer des troubles urinaires potentiellement graves. Cette condition connue sous le nom HBP (Hyperplasie Bénigne de la Prostate), affecte des millions d'hommes et il n’existe quasiment aucun remède sans effets secondaires.

Dr. Katz a fait une observation étonnante : les hommes ayant des problèmes urinaires causés par l'HBP, et qui ont reçu une combinaison de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria, ont constaté une amélioration spectaculaire de  leur condition. Ces résultats montrent que les deux extraits présentent une activité anti-inflammatoire sur la prostate et réduisent la taille de celle-ci, ce qui permet aux patients de retrouver une miction normale.

La question la plus intéressante du point de vue scientifique est de savoir comment les deux extraits diminuent l'inflammation de la prostate ? En d'autres termes, quels sont leurs mécanismes d'action ? Les travaux antérieurs de l’équipe scientifique du Dr Katz ont montré que le Pao pereira induit la mort des cellules cancéreuses de la prostate par un processus appelé apoptose ; quant au Rauwolfia vomitoria, il arrête le processus de division cellulaire des cellules malades entraînant la mort de celles-ci. Les mécanismes d’action de ces 2 extraits s’appliquent-il aux cellules de l'HBP ? Ou bien ont-ils une action alternative réduisant les signaux inflammatoires et permettant ainsi aux cellules de redevenir normales ?

Dr Jun Yan et son groupe de recherche à l'Université de Nanjing en Chine vont établir les mécanismes d’action des extraits. Tout d'abord, ils analyseront l’effet du Pao pereira et du Rauwolfia vomitoria sur la croissance et la viabilité des cellules de l'HBP. Ensuite, ils détermineront exactement comment ils interfèrent avec l'inflammation au niveau biochimique.

Dr. Yan a déjà étudié l'effet de l'extrait de Pao pereira sur des cellules du cancer avancé de la prostate qui ne répondent plus aux traitements hormonaux. Il a constaté que le Pao pereira inhibe spécifiquement les signaux émis par  le NFkB qui est un régulateur majeur de l'inflammation et de la prolifération des cellules cancéreuses. Pour les nouvelles expériences, il utilisera des techniques, appelées profilage d'expression des gènes et analyse de l'ontologie génétique, qui traqueront tous les effets actifs du Pao pereira et du Rauwolfia vomitoria sur le cheminement de l'inflammation dans le cas d’HBP.

De toute évidence, les extraits de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria, particulièrement connus pour leurs effets anti-cancer, ont une action bien plus large : ils présentent un effet anti-inflammatoire sur les cellules de la prostate. Considérez ceci : les hommes utilisant une combinaison de Pao pereira et Rauwolfia vomitoria pour l'HBP, profitent par la même occasion de leurs effets anti-cancer.

 Lien vers les études citées ICI