Comme chacun le sait, l’immunité est notre meilleure défense contre toutes sortes de maladies, fatigue, stress, vieillissement etc. Dans un monde saturé de molécules polluantes et toxiques, les gènes (ADN) et les enzymes sont sans cesse menacés, carencés, déséquilibrés. Ils nous défendent donc de moins en moins bien. Il est connu que depuis deux générations, les humains ont perdu nombre de leurs défenses immunitaires comme nombre de leurs cellules de fertilité. Ces cellules doivent se renouveler constamment et rapidement pour renforcer ses défenses immunitaires, ce qu’elles ne font plus.

Cause d’un déficit immunitaire

Un déficit immunitaire peut être d’origine génétique ou secondaire à de nombreuses pathologies. Il se caractérise par un affaiblissement des défenses de l’organisme contre de nombreuses infections dites «opportunistes». Les principaux types de déficits immunitaires sont les déficits dits “primitifs” (DIP), “commun variable” (DICP) ou “combinés sévères” (DICS). Les causes les plus communes incluent le manque de sommeil (nos cellules fabriquent moins d’anticorps et le manque chronique de sommeil perturbe le fonctionnement de nos cellules), le stress (les glandes surrénales sécrètent du cortisol et le système sympathique, de la noradrénaline – deux substances qui diminuent la réponse du système immunitaire), un déséquilibré alimentaire (carence en micronutriments), l’absence d’activité physique ou enfin le vieillissement.

 

Traitement système immunitaire faible

Parmi les traitements du cancer, la chimiothérapie est une cause fréquente de baisse de la fonction immunitaire de l’organisme. En effet, ce traitement attaque le foie et détruit la moelle osseuse, là même où se forme l’immunité. Aux Etats-Unis, des facteurs de croissance sont administrés, cependant ils ne sont pas spécifiques des seules cellules saines et peuvent donc stimuler à la fois l’immunité et… les cellules cancéreuses ! On ajoutera que la leucémie, maladie qui se caractérise par la production excessive de globules blancs anormaux dans le corps, perturbe le fonctionnement du système immunitaire. Les médicaments immunodépresseurs, utilisés dans le cadre d’une greffe d’organe ou pour traiter certaines maladies auto-immunes, affaiblissent également la réponse immunitaire de l’organisme.

 

Depuis peu, il est sujet dans le monde scientifique du rôle du microbiote dans l’équilibre biologique et dans les défenses immunitaires. On sait en effet qu’il joue un rôle important dans l’équilibre physiologique, qu’il protège l’organisme contre certains microbes et même aurait, selon certains un rôle immunorégulateur.

Découverte d’un traitement naturel pour renforcer ses défenses immunitaires

Mirko Beljanski se posa la question du rôle des bactéries intestinales dans ce processus dès 1970. Il avait déjà montré que tout ADN, pour se dupliquer, a besoin d’un très petit ARN pour catalyser la réaction. L’ARN n’entre pas dans la réaction, juste il la catalyse, puis il se détache et disparaît, détruit par les ribonucléases. Il pensa que le biotope justement relâché dans l’organisme des bactéries qui, lorsqu’elles meurent libèrent leurs ARN. En particulier la bactérie Escherichia coli K 12, hôte habituel de l’intestin humain. Et les ribonucléases de notre pancréas pouvaient fort bien en faire des ARN-fragments actifs. A partir de ce modèle, il pensa réaliser in vitro ce que la nature fait in vivo pour assurer les diverses synthèses nécessaires.

Après 10 années de recherche, Mirko put publier la première mise au point des RLB, ou RealBuild® (1), amorceurs sélectifs et actifs des seules cellules saines (caractéristique rare même de nos jours) permettant de protéger/restaurer efficacement les défenses immunitaires des malades sous chimiothérapie. Ils sont actifs chaque fois que l’immunité est déficiente. L’activité positive des ARN-fragment s’est peu à peu étendue aux leucémies, au sida, aux maladies neurologiques tels que l’autisme ou la schizophrénie, tant il est vrai que l’immunité est un facteur déterminant de notre survie.

Enfin, une récente étude publiée dans le magazine Nature démontre que notre première ligne de défense, les lymphocytes T, ne sont activés qu’en présence de vitamine D (2). Un déficit de cette dernière, fréquent en hiver, et ces cellules tueuses restent dormantes. Nombreux sont les compléments alimentaires sur le marché fabriqués à partir de vitamine D synthétique ou à partir de lanoline (la graisse présente sur la laine du mouton). D Perfect, formulé par Natural Source International, est différente. Il s’agit d’une vitamine végétale contenant exclusivement de la vitamine D3 extraite du lichen (des études récentes suggèrent que la vitamine D3 est mieux absorbée par l’organisme que la vitamine D2, (3) moins chère et très courante). Parce que D Perfect est d’origine végétale, elle permet d’éviter les effets secondaires souvent associés à la consommation de vitamines synthétiques. Elle est parfaitement recommandée dans le cadre d’un régime végétarien.

 

(1) Bulletin de l’Académie Nationale de Medecine 162 n°6 : 475-481 (1978)

(2) Smolders J, Thewissen M, Damoiseaux J. Control of T cell activation by vitamin D. Nat Immunol. 2011 Jan;12(1):3; author reply 3-4.

(3) Armas LA, Hollis BW, Heaney RP, “Vitamin D2 is much less effective than vitamin D3 in humans.” J Clin Endocrinol Metab. 2004 Nov; 89(11): pp. 5387-5389. Web. 12 Dec. 2012